Retour

L'emploi dans l'automobile s'est-il amélioré sous Harper? L'épreuve des faits

Lors de l'annonce de son programme d'aide au secteur de l'automobile, mardi, dans le cadre du Partenariat transpacifique (PTP), le chef conservateur, Stephen Harper, a vanté la reprise dans cette branche de l'industrie manufacturière. Le bilan est-il aussi reluisant qu'il le prétend?

Un texte de Denis-Martin Chabot

Vérification faite : Stephen Harper a raison, mais il ne dit pas tout.

Pour consulter ce graphique sur un appareil mobile, cliquez ici.

Depuis la crise économique en 2009, il s'est créé 12 000 emplois dans le secteur de l'automobile. Lors de la récession, le gouvernement Harper avait investi plusieurs milliards de dollars pour préserver ce secteur.

Moins d'emplois qu'avant la crise

Mais en comparant avec le nombre d'emplois avant l'arrivée des conservateurs au pouvoir, le portrait est moins éloquent. En chiffres nets, il y a 43 034 emplois de moins dans ce secteur aujourd'hui qu'en 2005, une baisse d'environ 25 %.

Pour ce qui est de la fabrication des pièces, la chute a été de 28 436 emplois, soit environ 30 % de moins par rapport à 2005. Par ailleurs, le Partenariat transpacifique prévoit une plus grande place aux manufacturiers étrangers de pièces.

Actuellement, 121 500 personnes travaillent dans le secteur de l'automobile. Huit emplois sur dix se trouvent en Ontario.

Plus d'articles

Commentaires