Retour

L’enjeu de la protection des données demande une « réflexion collective »

Le scandale des informations volées de millions d'utilisateurs Facebook remet au-devant de la scène les enjeux de la protection des données personnelles et l'encadrement des géants du web, estime Yoshua Bengio, sommité dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Comment mieux protéger nos données personnelles? Comment réglementer l’accès à ces données? Devrait-on légiférer pour mieux protéger les données des usagers de Facebook, Google, ou Instagram?

En entrevue à Radio-Canada, Yoshua Bengio, chercheur en intelligence artificielle et professeur titulaire à l’Université de Montréal, pense « qu’il est temps que l’on réfléchisse à ces questions ».

Pour le spécialiste de l’intelligence artificielle, il faut qu'on se penche là-dessus « collectivement et pas seulement à l’intérieur des entreprises qui donnent tous ces services ».

M. Bengio rappelle que dans le monde des données, les algorithmes de Facebook ou de Google, axés entre autres sur la publicité ciblée, n’ont pas une grande influence sur « la recherche fondamentale en intelligence artificielle, qui va nous permettre de construire des machines plus intelligentes ».

Pour M. Bengio, c’est l’utilisation que l’on fait de ces données qui devrait nous interpeller.

Oui, il faut légiférer, mais il faut le faire « d’une manière rationnelle », explique-t-il.

Il faudrait impliquer « les spécialistes, les sociologues, les chercheurs indépendants de Facebook, qui puissent examiner ce qui se passe à l’intérieur de la compagnie, comment ces données sont utilisées, de manière à ce qu’il y ait une sorte de chien de garde de la collectivité pour s’assurer que nos valeurs, les principes éthiques que l’on veut mettre de l’avant soient respectés ».

Plus d'articles

Vidéo du jour


Secrets d'une fashionista pour toujours être stylée





Rabais de la semaine