Retour

L'équipe Trump tente de discréditer l'enquête de Mueller sur l'ingérence russe

L'équipe juridique du président américain étudie des situations de conflits d'intérêts potentiels qui pourraient miner l'équipe d'enquêteurs mise sur pied par le procureur spécial Robert Mueller pour faire la lumière sur les liens entre la Russie et le clan Trump au cours de l'élection présidentielle.

Cette nouvelle révélation du Washington Post et du New York Times survient au moment où l’enquête de l’équipe du procureur spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe dans l’élection présidentielle est sur le point d’inclure des liens commerciaux de la famille Trump.

Un membre externe de l’équipe juridique de Donald Trump, Jay Sekulow, a pour sa part indiqué à l’Associated Press, jeudi, que les avocats « évalueront systématiquement les questions de conflits d’intérêts et qu’ils les soulèveront devant les instances appropriées ».

Les efforts de l’équipe juridique du président incluront l’étude des affiliations politiques et le passé professionnel des enquêteurs de l’équipe de Mueller.

Détourner l'attention?

L’attention portée aux conflits d’intérêts auxquels pourraient faire face l’équipe d’enquêteurs serait une tentative de faire diversion relativement à l’enquête sur les liens entre la Russie et le clan Trump au cours de la campagne présidentielle.

Bien que M. Trump martèle sans arrêt que l’enquête sur ses liens présumés avec la Russie constitue une « chasse aux sorcières », les éléments d’enquête convergent de plus en plus vers la famille et les proches conseillers du président. Le fils aîné du président, Donald fils, et son gendre devenu conseiller, Jared Kushner, ont notamment pris part à une rencontre avec une avocate russe et un ancien agent soviétique.

La frustration du président Trump continue de monter face à l’enquête, puisque cette dernière pourrait miner son administration pour des mois, voire des années. Il a averti M. Mueller, au cours d’une entrevue accordée au New York Times, qu’enquêter sur les liens commerciaux de sa famille constituerait une violation de son mandat.

Le mandat de la commission spéciale de M. Mueller est pourtant vaste. Il est autorisé à enquêter sur l'ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle, sur tous les liens possibles impliquant l’équipe électorale du clan Trump et toutes questions pouvant découler de ces enquêtes.

Une porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Huckabee Sanders, a indiqué que le président Trump n’a pas l’intention de congédier M. Mueller « pour le moment », mais elle n’a pas écarté cette possibilité.

La Maison-Blanche s’attaque à l’enquête du conseil spécial au moment où ses grandes orientations se précisent. Bloomberg rapporte que les enquêteurs scrutent des transactions commerciales des entreprises de M. Trump avec des Russes, notamment des achats d’appartements dans des immeubles du président, dont un projet controversé à New York.

Le New York Times rapporte également que les enquêteurs fédéraux sont en pourparlers avec la Deutsche Bank dans le but d’obtenir des documents financiers du président. La banque s’attend à devoir transmettre ces informations à l’équipe de Mueller. La Deutsche Bank est l’une des seules institutions financières majeures qui ont accepté de prêter à M. Trump qui s’est aliéné un pan de la finance new-yorkaise en raison de ses difficultés financières antérieures et de sa personnalité abrasive.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine