Retour

L'espoir de retrouver des survivants s'amenuise en Italie

L'Italie se prépare à une journée de deuil samedi pour les 281 morts du séisme de mercredi dans le centre de la péninsule. Les drapeaux seront en berne dans tout le pays pour les funérailles des victimes d'Arquata et Pescara del Tronto, une des trois localités des Apennins les plus touchées.

Bien que l'espoir de retrouver des personnes en vie dans les décombres diminue, plus de 48 heures après le séisme qui a aussi fait près de 400 blessés, les secouristes continuent leurs fouilles dans les ruines des villages dévastés. Ils s'accrochent au fait que le dernier survivant du tremblement de terre de L'Aquila, en 2009, avait été extirpé des décombres 72 heures après la secousse meurtrière.

La chef du département des situations d'urgence de la protection civile, Immacolata Postiglione, n'a toutefois pas été en mesure d'annoncer la découverte de nouveaux survivants dans les décombres des villages d'Amatrice, d'Arquata del Tronto et d'Accumoli.

Les secouristes, qui ont sauvé 215 personnes jusqu'à maintenant, poursuivent leurs recherches pendant que la terre continue de trembler. Des dizaines de répliques, dont la plus forte a atteint une magnitude de 4,8, rendent le travail des secouristes plus périlleux. Ces répliques ont coupé la route d'accès menant au village d'Amatrice, l'un des villages les plus touchés.

Les autorités demeurent incapables de déterminer le nombre de personnes disparues puisque la population de ces villages touristiques triple ou quadruple au cours de la période estivale. Elles ignorent ainsi combien de personnes sont encore prisonnières des décombres.

Pour l'heure, 181 morts ont été identifiés, dont 21 enfants. Le plus jeune avait cinq mois et demi et le plus âgé, 93 ans.

Au moins 12 étrangers ont été dénombrés parmi les 281 victimes. Trois Britanniques, six Roumains, une Espagnole, un Canadien, un Albanais et une Salvadorienne ont ainsi péri, selon les autorités des pays concernés ou la presse italienne.

Le gouvernement a proclamé l'État d'urgence dans la région dévastée par le séisme en plus de voter une première enveloppe de 50 millions d'euros pour venir en aide aux sinistrés.

Le spectre de la corruption

Le lourd bilan en vies humaines, dans une zone clairement identifiée d'activité sismique, a également poussé le gouvernement à lancer un nouveau plan de prévention antisismique. Le chef du gouvernement, Matteo Renzi, a ainsi lancé le plan de prévention « Casa Italia » [la maison Italie] afin de rendre les habitations plus résistantes aux secousses sismiques.

Le séisme de L'Aquila avait fait plus de 300 morts, mais la ville comptait plusieurs dizaines de milliers d'habitants. Le dernier séisme a provoqué un bilan similaire alors qu'il a frappé de petits villages touristiques.

L'effondrement de l'école d'Amatrice, pourtant rénovée en 2012 pour respecter les normes antisismiques, a particulièrement choqué les Italiens. Les décombres de l'école ont ravivé le douloureux souvenir de San Giugliano in Publia, où 27 enfants et leur professeur avaient trouvé la mort dans l'effondrement de leur école à la suite d'un séisme en 2002.

Les autorités de Rieti ont d'ailleurs ouvert une enquête afin de débusquer toute malversation à Amatrice ou dans les autres villages touchés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine