Retour

L'ex-avocat de Harper n'était pas au courant des négociations avec Mike Duffy

L'ex-conseiller juridique de Stephen Harper, Benjamin Perrin, a déclaré vendredi au procès de Mike Duffy qu'il n'avait pas été mis au courant d'une grande partie des négociations entre le sénateur suspendu et le cabinet du premier ministre.

Benjamin Perrin a affirmé avoir été pris par surprise en apprenant que Nigel Wright, alors chef de cabinet de Harper, avait décidé de verser personnellement 90 000 $ au sénateur pour qu'il rembourse ses dépenses et qu'il n'avait été impliqué dans le dossier qu'une fois les relations devenues tendues entre MM. Duffy et Wright.

Il a répété qu'il ne savait rien du chèque de remboursement avant une conversation ayant eu lieu dans le bureau de Wright, le 22 mars 2013.

Me Perrin a ajouté qu'avec le recul, il avait constaté qu'il n'était pas en possession de toute l'information disponible lorsqu'il a fait son travail et a suggéré qu'il était heureux d'avoir déjà décidé de quitter son emploi lorsque les négociations entre Mike Duffy et le cabinet du premier ministre au sujet du remboursement ont tiré à leur fin.

Selon Me Perrin, l'avocat de Mike Duffy a brièvement insisté pour que l'entente encadrant le remboursement comprenne une promesse en vertu de laquelle les conservateurs ne demanderaient jamais à la Gendarmerie royale du Canada d'examiner les dépenses du sénateur. Le cabinet du premier ministre a cependant jugé cette proposition inacceptable.

Me Perrin a déclaré qu'il ne croyait pas que les dépenses de l'accusé étaient illégales, tout comme le processus ayant servi à les rembourser. Il a précisé que même si personne, à ce moment, ne croyait le sénateur Duffy coupable d'un crime, l'équipe du premier ministre ne pouvait s'engager, ni légalement ni politiquement, à ne jamais confier le dossier à la police.

Des versions qui se contredisent

Jeudi, Me Perrin a contredit la version des conservateurs, en déclarant sous serment que l'actuel chef de cabinet de Stephen Harper, Ray Novak, savait que l'argent proviendrait du portefeuille du chef de cabinet de l'époque, Nigel Wright.

Le témoignage de Benjamin Perrin s'est terminé vendredi midi, après un peu moins de deux jours, et le procès de Mike Duffy a été ajourné. Les audiences reprendront lundi, à 10 h.

Le prochain témoin sera Chris Woodcock, l'ancien directeur de la gestion des enjeux au sein du bureau du premier ministre, qui avait pour mandat de gérer les crises politiques. Ce dernier recevait copie de plusieurs des courriels où il était question du plan de remboursement, dont plus de 584 pages ont été présentées en preuve la semaine dernière.

Plus d'articles

Commentaires