Retour

L'ex-maire de Laval Gilles Vaillancourt plaidera coupable

EXCLUSIF - Gilles Vaillancourt plaidera coupable demain à des accusations de fraude envers le gouvernement, d'abus de confiance et de complot, a appris Radio-Canada. La poursuite et la défense se seraient entendues pour suggérer de façon commune une peine de 6 ans de pénitencier.

Un texte de Marie-Maude Denis d’Enquête

Il y a quatre ans, Gilles Vaillancourt démissionnait de son poste de maire qu’il occupait depuis près d’un quart de siècle.

Les allégations de corruption fusaient à son endroit dans les médias. L’Unité permanente anticorruption (UPAC) resserrait l’étau avec des perquisitions à l’hôtel de ville de Laval, dans des banques et à sa résidence privée.

Puis, en mai 2013, le roi de Laval est tombé de son piédestal. Il est arrêté, accusé notamment de fraude, d’abus de confiance et même de gangstérisme. Mais il a l’intention de se battre.

« J’ai plaidé non coupable, j’ai beaucoup d’arguments à faire valoir devant le tribunal au moment opportun. À partir de maintenant, je vais consacrer mes énergies à préparer ma défense et à prouver mon innocence », a-t-il affirmé à sa sortie du palais de justice.

Finalement, il a décidé de plaider coupable demain, au palais de justice de Laval, aux accusations de fraude envers le gouvernement, d’abus de confiance, de fraude et de complot.

6 ans de pénitencier

Selon nos informations, l’entente entre la poursuite et la défense prévoit une suggestion commune de 6 ans de pénitencier. De plus, Gilles Vaillancourt devrait rembourser 9 millions de dollars.

En contrepartie, le chef d’accusation de gangstérisme serait suspendu. Il y aurait également une entente concernant toutes les poursuites civiles et les réclamations fiscales auxquelles il faisait déjà face ou qui auraient pu être déposées par le gouvernement et par la Ville de Laval.

Si elle est entérinée par le juge, cette peine sera historique dans les dossiers de l’UPAC et même dans l’histoire judiciaire du Québec.

À titre de comparaison, l’ancienne directrice générale de la Ville d’Hudson, en Montérégie, a écopé de deux ans et demi de prison pour une fraude de près d’un million de dollars.

L’ancien maire de Boisbriand Robert Poirier et France Michaud de la firme de génie Roche ont pour leur part écopé de 18 mois de prison ferme, mais ils font tous les deux appel du verdict.

Lino Zambito et une autre ancienne mairesse de Boisbriand, Sylvie Saint-Jean, ont écopé chacun d’une peine de deux ans à purger dans la communauté.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine