Retour

L'exploitation des pétrolières albertaines reprendra quand cela sera sécuritaire

La première ministre de l'Alberta Rachel Notley a déclaré à la suite de sa rencontre avec les dirigeants de l'industrie pétrolière cet après-midi que la reprise des activités d'exploitation commencera dès qu'il sera sécuritaire pour les employés de revenir au travail.

Elle a souligné que de nombreuses vérifications doivent avoir lieu, dont celle des infrastructures électriques qui alimentent les exploitations pétrolières et des pipelines achemine leur production.

Le moment du retour à la production pour chacune des entreprises sera différent, selon les travaux nécessaires pour le préparer. Dans certains cas, ce sera une question de jours, pour d'autres il faudra plus de temps a souligné la première ministre.

Les activités des pétrolières ont été perturbées par l'immense brasier qui fait rage dans les environs de Fort McMurray dans le nord de cette province.

Le feu atteint maintenant 229 000 hectares, soit 2290 kilomètres carrés. La première ministre de l'Alberta Rachel Notley doit rencontrer en début d'après-midi mardi à Edmonton, des dirigeants de l'industrie pétrolière pour discuter de la relance de l'exploitation des sables bitumineux dont les activités ont été perturbées par l'immense brasier.

Une dizaine de compagnies exploitant les sables bitumineux ont été contraintes de réduire leurs opérations en raison de l'immense brasier de plus de 2000 kilomètres carrés qui fait toujours rage dans la région. Résultat, près de la moitié de la production de brut de la région a été arrêtée, soit un million de barils par jour.

Les chantiers de Syncrude et de Suncor, qui ensemble produisent 700 000 barils de pétrole par jour, ont notamment suspendu leurs opérations en raison de la catastrophe.

Les sites eux-mêmes n'ont pratiquement pas été touchés par les flammes, mais de nombreux ouvriers ont dû quitter la région lors des évacuations massives ordonnées par les autorités provinciales. Seul le site de Long Lake, géré par l'entreprise Nexen, une filiale de CNOOC, a subi des dégâts matériels limités.

De plus, le feu a atteint le sud-est de la mine de Suncor qui exploite les sables bitumineux, mais il a été maîtrisé par les pompiers. L'entreprise dit qu'elle prépare actuellement le retour progressif de ses employés et que celui-ci aura lieu lorsque les conditions le permettront.

Entre temps, le premier ministre du Canada Justin Trudeau a annoncé en chambre aujourd'hui qu'il visitera la région sinistrée vendredi. Il avait déclaré plus tôt cette semaine attendre le feu vert de la première ministre Notley avant de se rendre sur les lieux afin d'éviter de nuire aux efforts sur place.

Suivez nos journalistes en direct sur le terrain.

La météo aide les équipes sur le terrain

Les équipes sur le terrain ont été aidées durant la nuit de lundi à mardi par les températures qui sont descendues près du point de congélation et qui ont amené une forte humidité et de la gelée au sol.

Les températures doivent d'ailleurs rester fraîches au cours de la journée de mardi, ce qui devrait aider à ralentir la progression du feu, qui n'a pas beaucoup gagné en étendue au cours des dernières 24 heures, même s'il est toujours non maîtrisé. De la pluie est attendue dans les jours à venir, même si le temps sera sec et chaud avec du soleil aujourd'hui.

Un changement de direction des vents pourrait aussi amener une partie de la fumée en direction d'Edmonton.

Santé des évacués

Lors d'un point de presse en matinée mardi matin, Services de Santé Alberta (AHS) a confirmé que le nombre de personnes atteintes de gastroentérite a doublé depuis la fin de semaine, passant à 105. Les personnes malades sont surtout au centre pour les évacués de Northlands à Edmonton, où l'on en dénombre 75.

La gastroentérite provoque des symptômes de nausée, des vomissements et de la diarrhée qui disparaissent normalement au bout d'un ou trois jours. Cette maladie peut être particulièrement dangereuse pour les très jeunes et personnes âgées, indique le médecin-chef pour la zone d'Edmonton Chris Sikora.

Selon Services de Santé Alberta, les malades ont été rassemblés dans un secteur séparé du centre Northlands. « Pour la plupart des personnes, c'est surtout un désagrément, mais c'est certain que de vivre ça alors qu'on n'est pas chez soi, cela rend ce genre de problèmes plus inconfortable », dit Chris Sikora. L'organisme a aussi répertorié plusieurs des cas de problèmes respiratoires chez les évacués en raison de la fumée.

Fort McMurray a été entourée par un « océan de feu »

La première ministre de l'Alberta Rachel Notley a indiqué lundi que 90 % de la ville de Fort McMurray a été préservée, après avoir été la proie de l'incendie de forêt qui ravage toujours la région. 2400 bâtiments ont été détruits.

Rachel Notley s'est montrée reconnaissante envers les premiers répondants pour leur dévouement. Elle a rappelé aux gens que la situation n'est pas encore sécuritaire pour envisager un retour chez eux. L'Alberta prévoit de disposer d'un plan pour le retour des évacués d'ici deux semaines.

Rachel Notley a demandé aux évacués de ne pas revenir chez eux. La situation n'est pas encore sécuritaire, a-t-elle ajouté. Les infrastructures de base, le service de gaz et l'électricité doivent être rétablis avant de pouvoir envisager un tel retour.

L'Alberta prévoit disposer d'un plan pour le retour des évacués d'ici deux semaines.

Rachel Notley, des membres de son équipe gouvernementale et des représentants des médias ont visité Fort McMurray lundi après-midi pour constater l'étendue des dommages.

Ils ont visité certains quartiers résidentiels ainsi que le centre-ville. Ils ont entre autres pu voir les décombres calcinés de quartiers entiers. Des images étaient retransmises en direct, et étaient sûrement difficiles pour les résidents, qui, pour la plupart, voyaient pour la première fois ce qu'ils ont abandonné.

Plus de 42 000 ménages ayant fui la région de Fort McMurray se sont inscrits auprès de la Croix-Rouge depuis le début de la catastrophe.

La Croix-Rouge a indiqué lundi avoir recueilli 60 millions de dollars en dons pour aider ceux touchés par la catastrophe. De ces dons, 51 millions proviennent de citoyens, et seront donc égalés par Ottawa. Le gouvernement albertain s'est également engagé à égaler les dons individuels versés à la Croix-Rouge.

Des bulletins spéciaux sur la qualité de l'air ont été publiés par Environnement Canada pour la région de Fort McMurray, mais aussi pour le nord de la Saskatchewan et une partie du Manitoba. L'agence a souligné que les vents transportent la fumée, ce qui entraîne une diminution de la qualité de l'air et de la visibilité.

Environnement Canada a précisé que les personnes qui vivent dans les régions touchées peuvent souffrir de symptômes comme la toux, l'irritation de la gorge, des maux de tête et des difficultés respiratoires. L'agence prévient que les enfants, les personnes âgées et celles atteintes de maladies pulmonaires, comme l'asthme, sont particulièrement à risque.

Feu de forêt à Fort McMurray

L'évacuation de la région de Fort McMurray est la plus importante liée à un feu de forêt de l'histoire de l'Alberta. Le feu de Slave Lake en 2011 avait forcé l'évacuation d'environ 7000 résidents.

En 2015, sa province voisine, la Saskatchewan, avait aussi été victime de feux de forêt importants. Plus de 13 000 personnes avaient alors dû être évacuées.

Plus d'articles

Commentaires