Retour

L'homme allergique au saumon réclame de l'argent au Tapageur

Simon-Pierre Canuel, l'homme allergique à qui on aurait servi un tartare de saumon par erreur, réclame un dédommagement au restaurant le Tapageur de Sherbrooke pour « dommages subis ». Il est prêt à aller en cour pour l'obtenir. Radio-Canada a appris que M. Canuel a subi d'autres chocs anaphylactiques récemment et qu'il donne des cours pour prévenir ce genre d'accident.

Un texte de Laurent Therrien

Le 9 août dernier, les avocats de Simon-Pierre Canuel ont transmis au restaurant le Tapageur une mise en demeure « pour compenser [leur] client pour dommages subis ». Les avocats précisent qu'à défaut d'entente à l'amiable, ils poursuivront le restaurant. Le montant des dommages demandés n'a pas été précisé. 

Simon-Pierre Canuel a confié à Radio-Canada, au cours d'un entretien téléphonique, avoir besoin de services psychologiques depuis l'important choc anaphylactique qui l'a plongé dans le coma en mai. Il affirme être toujours en choc post-traumatique.

L'homme de 34 ans originaire de Gatineau a aussi porté plainte à la police contre le serveur, qui pourrait faire face à des accusations de négligence criminelle. 

Un troisième choc anaphylactique

Simon-Pierre Canuel a confirmé à Radio-Canada qu'avant cet évènement, il avait subi deux autres chocs anaphylactiques sévères. À l'hiver 2013, il a été hospitalisé à l'hôpital de Hull pour une allergie à un médicament. M. Canuel soutient être allergique à la morphine, au propofol et à l'iode.

En mars 2016, soit deux mois avant l'évènement au restaurant de Sherbrooke, il a été intubé pour un autre choc anaphylactique, toujours à l'hôpital de Hull.

Simon-Pierre Canuel affirme aussi avoir contracté une salmonellose en 2004, dans un restaurant du Luxembourg. Il dément toutefois avoir intenté quelque recours que ce soit à la suite de cet évènement. 

Un instructeur spécialiste des chocs anaphylactiques

M. Canuel est un secouriste instructeur. Il donne des formations de quatre heures à Gatineau, où il explique comment agir lorsqu'une réaction allergique survient. 

Au téléphone avec Radio-Canada, il précise que le soir du 29 mai, son épipen serait tombé de sa poche avant qu'il ne sorte du véhicule pour entrer au Tapageur. Il déclarait toutefois dans un article publié le 4 août dernier : « J'étais très fatigué. J'avais eu une journée épuisante. Malheureusement, je l'avais oublié dans l'auto. »

Le résident de Gatineau refuse de donner une entrevue formelle. Il ajoute qu'un communiqué sera publié « sous peu », dans lequel il démentira « toutes les allégations le concernant ».

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine