Depuis deux ans et demi, un cordonnier montréalais vit et travaille dans le froid l'hiver, depuis la démolition d'un immeuble adjacent. Son mur mitoyen n'a pas été conçu pour isoler le bâtiment contre le froid. Il ne parvient pas à s'entendre avec son voisin et l'arrondissement ne peut intervenir.

Un texte de Benoît Giasson, de La Facture

M. Parent estime que son voisin « a brisé les conditions de mitoyenneté ». « Ça serait à lui de remettre la maison en ordre », dit-il.

Le voisin, Richard Lalonde, tarde à reconstruire un nouvel immeuble parce qu’il tente de trouver un locataire commercial pour le rez-de-chaussée. « On ne peut pas faire un projet comme ça sans avoir quelqu’un de sérieux pour un local commercial, parce qu’il y a trop d'investissements à faire », explique-t-il.

Il a offert 7000 $ au cordonnier pour l’isolation de son immeuble, mais à condition que M. Parent enlève à ses frais l’isolant lorsqu’un nouvel immeuble sera construit. M. Parent a refusé cette offre, qu’il juge insuffisante.

Mur à nu

Depuis la démolition de l’immeuble de Richard Lalonde, des fissures sont apparues dans le mur extérieur de la fondation de l’immeuble de Jacques Parent. Dans une poursuite qu’il intente contre son voisin, Jacques Parent allègue aussi que la démolition a causé des dommages importants au mur mitoyen. Il réclame 75 000 $ en dommages et intérêts.

Richard Lalonde, qui possède quelques immeubles à Montréal, nie toute part de responsabilité. Il en veut pour preuve le rapport de son ingénieur, qui a inspecté les lieux et qui a conclu que le mur mitoyen était dans le même état qu’avant la démolition. L’ingénieur a conclu aussi que la démolition n’avait eu aucun impact sur « la résistance structurale des fondations ».

M. Parent dispose quant à lui d’un autre rapport d’ingénieur qui conclut que son immeuble se détériore depuis qu’il est exposé aux intempéries et que la démolition a endommagé une partie du mur mitoyen.

Le professeur de droit de l'Université Laval François Brochu estime que M. Parent a de bonnes chances d’arriver à convaincre un juge de la responsabilité du voisin, Richard Lalonde, parce que la démolition aurait occasionné l’affaiblissement du mur mitoyen.

M. Brochu est par contre moins convaincu que Jacques Parent ait droit à une compensation pour les dommages causés par le manque d’isolation.

Aucune date de procès n’a encore été fixée.

L’arrondissement ne peut intervenir

L’immeuble a été démoli en novembre 2014 à la suite d’une ordonnance de l’arrondissement Rosemont-La Petite-Patrie, sur la base d’un rapport d’ingénieur présenté par Richard Lalonde. Ce rapport concluait que l’immeuble risquait de s’effondrer à court terme.

Pour le professeur de génie à l’École de technologie supérieure Lotfi Guizani, ce bref rapport est insuffisant. « Je ne peux pas sortir avec la conviction que le bâtiment était à démolir », estime ce spécialiste de la construction immobilière.

L’arrondissement n’a pas envoyé d’inspecteur sur les lieux après la réception du rapport. « On se fie à l'expertise professionnelle de cet ingénieur », explique Daniel Lafond, directeur du développement du territoire et études techniques à l’arrondissement.

Et maintenant que l’immeuble est démoli, l’arrondissement n’a pas le pouvoir d’imposer au propriétaire de reconstruire un immeuble. Daniel Lafond admet avoir tiré une leçon de la mésaventure de M. Parent. Dorénavant, avant d’ordonner la démolition d’un immeuble, l’arrondissement va exiger que les deux propriétaires voisins s’entendent sur la façon dont le mur mitoyen sera protégé.

Une retraite en suspens

Âgé de 66 ans, Jacques Parent souhaite prendre sa retraite et transmettre la cordonnerie à son fils, qui travaille avec lui. Mais avec un mur à nu, sans protection contre les intempéries, tout est mis en suspens.

Son fils, Olivier Parent, songe à abandonner son rêve de remplacer son père à la cordonnerie. « Je vais préférer lâcher prise et laisser mes parents abandonner la maison familiale que de les regarder ruiner leur santé et gâcher leur retraite. Mais d’un autre côté, la cordonnerie ne veut pas mourir », lance-t-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine