Retour

L’inspecteur-chef Costa Labos relevé de ses fonctions à la police de Montréal

Le directeur du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Philippe Pichet, annonce avoir démis de ses fonctions Costa Labos, l'ancien patron de la Division des affaires internes, « à la suite d'informations transmises par la SQ ».

M. Pichet précise que cette décision est effective « à compter de maintenant, et ce, pour une période indéterminée, jusqu’à ce que la lumière soit totalement faite ».

Il ne fournit cependant pas de détails sur les raisons de cette éviction, pas plus que sur la teneur des informations obtenues auprès de la Sûreté du Québec (SQ). Selon nos sources, il s'agirait d'allégations criminelles.

Le nom de Costa Labos est revenu fréquemment au plus fort de la crise qui a secoué le SPVM, mais on ignore à quelle affaire est liée sa mise à l'écart.

En mars dernier, Radio-Canada avait appris que Costa Labos faisait l’objet d’une enquête de la SQ pour fabrication de preuve.

M. Labos, ainsi que le sergent-détective Normand Borduas, sont poursuivis par l'enquêteur à la retraite Roger Larivière, dont les ennuis ont commencé quand il a été aperçu dans un restaurant en compagnie de l'analyste en affaires policières Stéphane Berthomet. C'était en octobre 2014.

Après une dénonciation, la Division des affaires internes du SPVM, dirigée alors par Costa Labos, a conclu que M. Larivière avait transmis des informations confidentielles à un membre des médias.

Relevant que le sergent-détective Normand Borduas a « intercepté [ses] courriels personnels avec [ses] avocats », l’enquêteur à la retraite avance dans sa plainte que « ces conversations sont protégées par le secret professionnel » et que « M. Borduas est donc en possession de toute [son] argumentation pour [sa] poursuite civile contre le SPVM ».

M. Larivière soutient également que des perquisitions ont été effectuées sur son lieu de travail et dans son domicile pour des motifs contestables.

Du projet Escouade à « l'affaire Lagacé »

Le nom de Costa Labos est par ailleurs associé au projet Escouade. C’est dans le cadre de cette opération que des mandats ont été obtenus pour avoir accès aux métadonnées téléphoniques de Patrick Lagacé.

Le journaliste-chroniqueur de La Presse était soupçonné d’être en contact avec l’enquêteur Fayçal Djelidi, qui avait été suspendu, ainsi que d'autres policiers, dans le cadre d’une enquête disciplinaire très médiatisée.

Devant la commission Chamberland, Costa Labos a tenté de minimiser son rôle dans ce qui est devenu « l’affaire Lagacé ».

Il a été muté le 28 octobre 2016 à la centrale 911 du SPVM, dans le cadre d’un mouvement au sein du corps policier.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine