Retour

L'OMS recommande de retarder les grossesses dans les pays touchés par le Zika

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) conseille aux couples vivant dans les zones infectées par le virus Zika de remettre à plus tard leurs projets de procréation pour éviter les risques de malformations congénitales des bébés.

Pour ce qui est des personnes de retour de zones épidémiques, elles sont fortement invitées à attendre au moins huit semaines avant de tenter de concevoir des enfants. L'attente recommandée par l'OMS passe à six mois dans le cas où le partenaire masculin présente des symptômes de l'infection.

Pour les partenaires de femmes enceintes, vivant ou ayant visité des pays touchés par l'épidémie, il est recommandé de pratiquer l'abstinence ou des relations sexuelles protégées au moins durant toute la durée de la grossesse.

L'OMS affirme que, en l'absence de vaccin contre le virus Zika et en raison de l'échec des campagnes d'éradication des moustiques, le report des grossesses est la meilleure façon pour les femmes vivant dans les endroits épidémiques d'éviter de mettre au monde des enfants présentant des lésions cérébrales.

Des chercheurs américains ont confirmé récemment que le virus Zika peut provoquer la microcéphalie du fœtus au moment de l'infection de la femme enceinte.

La microcéphalie se traduit par un développement insuffisant du crâne et du cerveau.

L'épidémie de Zika frappe surtout l'Amérique du Sud et les Caraïbes. Particulièrement touché, le Brésil recense environ 1,5 million de cas, dont plusieurs femmes enceintes.

Plus d'articles

Commentaires