Retour

L’Ontario abandonne son projet de régime de retraite provincial

Le ministre ontarien des Finances, Charles Sousa, dit que son gouvernement n'a pas besoin de mettre sur pied son propre régime de pensions, sachant maintenant que le Régime de pensions fédéral (RPC) sera bonifié.

Les provinces, exception faite du Québec et du Manitoba, ont conclu une entente de principe en ce sens, lundi.

« C'était une bonne journée aujourd'hui », a lancé le ministre Sousa, lundi soir. Le plan devrait être finalisé lors de la réunion du Conseil de la fédération, qui s'ouvrira le 15 juillet.

Le ministre Sousa explique qu'un travailleur ontarien qui déménage dans une autre province ou vice versa pourrait ainsi toucher les mêmes prestations à la retraite. 

La première ministre ontarienne Kathleen Wynne précise que les retraités toucheront environ les deux tiers de la somme qu'ils auraient reçu en prestations, en vertu du plan qu'elle proposait. Mais elle ajoute que les coûts administratifs du régime national sont moindres et se réjouit de l'entente.

Implantation graduelle

Selon l'entente de principe conclue lundi, la réforme du Régime commencera en 2019 et la hausse des cotisations sera échelonnée sur plusieurs années :

  • Selon l'entente, un travailleur gagnant un revenu moyen de 55 000 $ verserait une contribution de 7 $ de plus par mois au RPC dès 2019. En 2023, ce même travailleur cotiserait 34 $ de plus par mois. Son employeur égalerait ces montants. Le nouveau programme serait pleinement en vigueur en 2025. À terme, les prestations annuelles maximales d'un travailleur retraité augmenteraient d'environ 33 % pour atteindre 17 478 $.

« Ça va être très graduel, donc mieux pour les petites et moyennes entreprises et mieux pour les employés », a assuré le ministre fédéral des Finances, Bill Morneau.

Plus d'articles

Commentaires