Retour

L'ONU cite le Canada en exemple pour l'accueil de 25 000 réfugiés syriens

Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) de l'ONU salue la décision du gouvernement canadien d'accueillir 25 000 réfugiés syriens d'ici la fin de l'année 2015.

« C'est un grand geste de solidarité envers la population syrienne et les pays voisins de la Syrie qui accueillent plus de 4 millions de réfugiés et qui absorbent le principal de la crise », soutient le haut-commissaire pour les réfugiés de l'ONU, Antonio Guterres.

« Trop de réfugiés vulnérables croupissent dans des pays limitrophes de la Syrie, pris dans la spirale de pauvreté et du risque alors qu'ils ne parviennent même pas à combler leurs besoins essentiels », poursuit-il.

Le HCR a besoin de plus d'initiative comme celle du Canada afin d'offrir aux réfugiés syriens l'occasion de prendre un nouveau départ.

Le HCR entend travailler de concert avec le ministère de l'Immigration canadien afin de permettre l'identification rapide des Syriens les plus vulnérables du Moyen-Orient et leur permettre de déménager au Canada dans les plus brefs délais.

Les réfugiés syriens établis au Liban et en Jordanie seront notamment considérés.

Les réfugiés qui arriveront au Canada recevront tout d'abord un permis de résidence temporaire avant de faire les démarches pour obtenir le statut de résident permanent et, éventuellement, de postuler pour l'obtention de la citoyenneté canadienne dans quatre ans.

Le nouveau gouvernement libéral canadien, conformément à sa promesse électorale, a mis sur pied un programme qui lui permettra de recevoir 25 000 réfugiés syriens avant le 1er janvier prochain.

Près de 10 000 réfugiés enregistrés

Le ministre de l'Immigration, des Réfugiés et de la Citoyenneté, John McCallum, a d'ailleurs indiqué, mardi, que près de 10 000 réfugiés syriens ont déjà été enregistrés sans toutefois avoir été soumis « nécessairement » aux contrôles de sécurité.

Le ministre McCallum s'est également dit incapable de préciser combien coûterait l'opération humanitaire ni à quel moment les premiers réfugiés fouleront le sol canadien.

Le sous-comité est dirigé par la ministre de la Santé, Jane Philpott, qui doit présenter des recommandations au Conseil des ministres jeudi. Les défis logistiques entourant l'opération sont nombreux, outre ceux de la sécurité et de la santé, il y a tout l'aspect du transport et de l'hébergement des réfugiés.

John McCallum a déjà expliqué que les bases militaires canadiennes pourraient être mises à contribution pour héberger les Syriens, comme cela a été fait en 1999 avec les quelque 5000 réfugiés kosovars qui sont débarqués au pays.

Il a également indiqué que le transport pourrait se faire par voie aérienne, dans des appareils militaires ou commerciaux, de même que par bateau. Déjà, Air Canada a levé sa main et offert au gouvernement fédéral de participer à l'effort.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine