Retour

L’opposant russe Alexeï Navalny retrouve sa liberté et repart en campagne

À peine sorti de prison, le principal opposant politique à Vladimir Poutine en Russie, Alexeï Navalny, est déjà de retour en campagne pour la prochaine présidentielle.

Il devrait prendre part plus tard aujourd’hui à un rassemblement partisan, autorisé par les autorités locales, à Astrakhan, dans le sud-ouest du pays.

Le leader de l’opposition russe a été libéré après avoir passé 20 jours en prison. Il avait été arrêté en septembre dernier pour son appel à des rassemblements non autorisés par le gouvernement.

Alexeï Navalny n’en est pas à son premier passage en prison, lui qui a constamment maille à partir avec les autorités russes.

En juin, il a été interpellé par la police alors qu’il se rendait à une manifestation organisée au centre de Moscou pour dénoncer la corruption du régime du président Poutine. Au moins 1000 de ses partisans avaient aussi été arrêtés à Moscou et Saint-Pétersbourg.

Il a aussi été arrêté en mars lors d’une autre manifestation contre la corruption. Les manifestants sur place ont même tenté de bloquer le passage au véhicule de police qui l’avait embarqué.

Le Kremlin avait fait savoir qu’il considérait comme une provocation cette manifestation, encore une fois, non autorisée.

Un opposant qui dérange

Considéré comme l'opposant numéro au président Vladimir Poutine, l’avocat Alexeï Navalny, 41 ans, entend se présenter contre lui aux élections présidentielles de 2018, ce que lui refuse le gouvernement.

Il tente toujours d’ouvrir des bureaux de campagne dans le plus grand nombre de régions du pays et recueillir les 300 000 signatures pour déposer sa candidature officielle.

Selon la commission électorale centrale, il n’est par contre pas apte à se présenter aux élections en raison d’une condamnation de détournement de fonds. Navalny est aussi visé par de nombreuses poursuites judiciaires. Selon ses partisans, ce sont des mesures pour entraver sa progression.

Son but est maintenant de forcer le régime à autoriser sa candidature en utilisant la pression publique, d’où les nombreux rassemblements publics des derniers mois.

Boudé également par les chaînes de télévision du pays, Alexeï Navalny parle à ses partisans uniquement via les réseaux sociaux tels YouTube, Twitter et Instagram.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine