Retour

L'OTAN étudie l'envoi d'avions AWACS pour des opérations contre l'EI

Les États-Unis, qui mènent la coalition internationale contre le groupe armé État islamique (EI), ont demandé à l'OTAN d'envoyer des avions de surveillance AWACS pour des opérations en Syrie et en Irak.

L'OTAN n'a pas encore participé directement aux opérations de la coalition, qui regroupe plus de 60 pays, et selon plusieurs sources diplomatiques, l'OTAN ne prévoit toujours pas de « participation directe » dans la lutte contre le groupe djihadiste.

« Il n'y aura pas d'AWACS de l'OTAN au-dessus de l'Irak et de la Syrie », a indiqué une source diplomatique.

Cependant, l'OTAN étudie la possibilité de déployer des avions de surveillance sur le territoire américain, ce qui libérerait des AWACS américains pour les frappes en Irak et en Syrie.

Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a récemment demandé aux membres de la coalition anti-EI de fournir des efforts supplémentaires. « Cela comprenait une lettre à l'OTAN - dont les 28 États membres appartiennent aussi à la coalition - afin de démarrer les discussions sur les moyens par lesquels l'Alliance pourrait contribuer » à ces efforts, a confirmé un diplomate américain.

L'Alliance atlantique dispose de 20 AWACS depuis les années 1980 à Mons, en Belgique.

Washington reconnaît la mort de deux civils lors de bombardements

Par ailleurs, l'armée américaine admet que les frappes de la coalition internationale ont « vraisemblablement » tué deux civils et en ont blessé quatre autres, l'an dernier, en Syrie et en Irak.

Les victimes auraient été touchées lors de quatre bombardements distincts près de Raqqa, les 4 et 11 juillet dernier, confirme le Centcom, le commandement militaire américain au Moyen-Orient.

Les États-Unis disent regretter ces morts, mais que les djihadistes en portaient l'entière responsabilité, dit le porte-parole du Centcom, le colonel Pat Ryder. « Il est nécessaire de souligner la culpabilité de l'EI, qui continue à opérer en se cachant parmi des civils innocents dans des zones habitées pour essayer d'éviter d'être ciblées », a-t-il dit.

Le colonel a ajouté que la campagne de bombardement était « la campagne aérienne la plus précise de l'histoire », mais que la coalition ne pouvait « pas garantir zéro victime civile dans un conflit armé comme celui-là ». M. Ryder précise que la coalition prend toutes les dispositions nécessaires pour minimiser les morts de civils.

Les raids américains menés par la coalition ont tué 16 civils depuis le mois d'août 2014. Les États-Unis ont également étudié 120 cas de morts de civils en raison des frappes de la coalition; 87 ont été jugés « non crédibles » et 14 cas restent à l'étude.

Pour leur part, les frappes menées par la Russie depuis le 30 septembre ont coûté la vie à 1015 civils, selon un décompte de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Plus d'articles

Commentaires