Plusieurs milliers d'habitants des États de Washington et de la Californie ont dû quitter leur demeure en raison d'un brasier de taille « historique » qui fait rage dans l'ouest des États-Unis.

Dans le Montana et l'État de Washington, on a déclaré l'état d'urgence.

Le maire de Los Angeles, deuxième ville en importance des États-Unis, a déclaré samedi, en conférence de presse, que ce sinistre, surnommé « La Tuna », qui a déjà détruit quelque 2000 hectares de terrain depuis son éclatement, vendredi, était « le plus vaste incendie de l'histoire » de la métropole californienne.

Le premier magistrat Eric Garcetti a ainsi déclaré l'état d'urgence et appelé Jerry Brown, gouverneur de la Californie, à faire de même à l'échelle de l'État.

Selon les pompiers de la « Ville des anges », trois bâtiments ont été rasés par les flammes, dont deux maisons.

Le sinistre a aussi forcé l'évacuation de plus de 700 domiciles dans la ville de Los Angeles elle-même, mais aussi dans plusieurs banlieues voisines, dont Burbank.

C'est d'ailleurs dans ces villes entourant la métropole que l'on retrouve les grands studios de cinéma comme Disney et Warner Brothers.

L'ampleur de la catastrophe a entraîné le déploiement de plus de 500 pompiers, ainsi que la mobilisation d'avions-citernes.

Pas de répit

Quelque 100 autres pompiers, qui avaient été dépêchés à Houston, au Texas, pour participer aux opérations d'aide suite au passage de l'ouragan Harvey, devraient rentrer à Los Angeles dans la journée pour prêter main-forte à leurs collègues.

L'incendie, maîtrisé dans une proportion d'à peine 10 %, a éclaté pendant la longue fin de semaine de la fête du Travail, alors qu'une canicule bat son plein dans l'Ouest américain.

Avec des températures avoisinant les 38 degrés Celsius, les flammes ne font qu'une bouchée de la végétation broussailleuse s'étendant sur les collines de L.A., une végétation épaisse qui, bien souvent, n'a pas brûlé depuis des décennies.

Dans l'État de Washington, plus au nord, d'autres incendies, à la superficie combinée avoisinant les 6000 hectares, ont jeté environ 4000 familles hors de chez elles.

On prévoit des températures élevées pour toute la semaine à venir dans la région, un pronostic peu encourageant pour les combattants du feu.

En Oregon, un peu plus au sud, des feux de forêt massifs ont forcé là aussi des évacuations.

Au Montana, enfin, plus de 20 incendies brûlent toujours, alors que des « températures proches des records, du vent, une humidité relativement basse et des précipitations en dessous de la normale ont élevé les risques d'incendie d'"élevés" à "extrêmes" », selon le site web officiel de l'État.

Les feux de forêts et incendies du genre survenus dans l'Ouest américain ont détruit quelque 2,9 millions d'hectares depuis le début de l'année, soit une augmentation d'environ 50 % comparativement à la même période en 2016, selon le National Interagency Fire Center.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine