Retour

L'UQAM met fin à l'injonction contre le blocage de ses locaux

L'Université du Québec à Montréal (UQAM) a prématurément levé l'injonction qui visait 5 associations étudiantes et 34 militants depuis le 1er avril.

L'injonction devait prendre fin mardi, mais l'UQAM s'est entendue avec les associations étudiantes visées pour la retirer le 6 juillet, soit un peu plus de deux semaines avant la date prévue.

L'injonction interdisait aux étudiants et militants notamment de bloquer l'accès aux pavillons et de s'adonner à des activités susceptibles d'affecter le déroulement des cours. Elle leur ordonnait également de cesser « toute forme d'intimidation » et « tout geste entraînant la dégradation ou détérioration des biens et immeubles de l'UQAM ».

La porte-parole de l'Université, Jennifer Desrochers, a expliqué mardi cette décision commune par le fait qu'« aucune perturbation n'est survenue dans les dernières semaines ».

« L'UQAM a accepté, d'un commun accord avec les associations étudiantes, de se désister de ses procédures d'injonction », a-t-elle ajouté, en entrevue à Radio-Canada.

L'injonction avait été obtenue le 1er avril par l'UQAM à la suite du blocage de plusieurs pavillons. La direction de l'établissement avait mentionné qu'elle prendrait tous les moyens nécessaires pour permettre le libre accès aux classes. 

La Cour supérieure avait prolongé cette ordonnance le 13 avril.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une tempête effrayante en Hongrie





Rabais de la semaine