Retour

L’UQAM veut son programme de hockey : changera-t-elle le hockey québécois?

L'Université du Québec à Montréal sera-t-elle le fameux premier domino? En créant le quatrième programme québécois de hockey universitaire masculin, l'UQAM déclenchera-t-elle la cascade finale de la profonde mutation que traverse le système de hockey québécois?

Le plan d’affaires est monté. Le modèle sportif a été mûrement réfléchi. Un aréna a même été trouvé et réservé (conditionnellement) auprès de la Ville de Montréal. Des détails restent à régler, mais, advenant une réponse favorable des dirigeants de cette université d’ici la mi-juin, les Citadins de l’UQAM pourraient être lancés dans la mêlée dès la saison 2019-2020.

Les habitués de cette chronique ont souvent eu l’occasion de réfléchir sur la plus grosse aberration de la pyramide québécoise de développement. Alors que Hockey Québec compte quelque 100 000 membres et forme l’une des quatre ou cinq plus grosses fédérations de hockey du monde, on ne retrouve que trois équipes universitaires (dont une seule francophone) au sommet de sa structure : McGill, Concordia et l’UQTR.

En plus d’être illogique d’un point de vue organisationnel, cette situation va à l’encontre d’une implacable réalité scientifique : le hockey est un sport à développement tardif et les athlètes qui le pratiquent atteignent la maturité à 22 ou 23 ans.

Ainsi, tandis que les Américains considèrent le hockey universitaire comme une phase-clé du développement de leurs athlètes, le Québec et le reste du Canada laissent généralement tomber leurs meilleurs hockeyeurs vers l’âge de 19 ans, après leur stage junior. Pendant que les Américains étudient, obtiennent leur diplôme et continuent de se développer en profitant d’un intéressant ratio d’entraînements/matchs, les Canadiens se promènent en autobus dans les ligues professionnelles mineures. De notre côté de la frontière, le hockey universitaire n’est pas suffisamment valorisé.

Combien de hockeyeurs québécois de haut niveau se précipiteraient à l’université si on leur offrait suffisamment de débouchés et si on leur faisait miroiter la chance de poursuivre leur développement dans un environnement aussi professionnel que celui dont jouissent, par exemple, les joueurs de football universitaire? Telle est la question.

***

Tout au long de notre entretien, le coordonnateur des sports de l’UQAM, Daniel Méthot, a répété le mot prudence et rappelé l’importance de bien faire les choses, de respecter les éventuels partenaires et de bien réussir chacune des étapes du projet. Ça fait trois ans que Méthot et son équipe planchent sur la création d’une équipe masculine de hockey.

« Notre université célébrera son 50e anniversaire en 2019 et ce serait une belle façon de la faire rayonner et d’affirmer son dynamisme », explique-t-il.

Quelques ficelles doivent encore être attachées pour que le projet se concrétise.

En premier lieu, l’UQAM cherche à confirmer un modèle de financement durable qui assurera la pérennité de sa future équipe de hockey. À l’UQAM, les programmes sportifs d’excellence sont généralement soutenus par les quelque 40 000 étudiants de l’institution. C’est une sorte de modèle de sociofinancement. Pour le volet hockey, on cherche aussi à s’assurer d’une portion de financement corporatif.

Il reste aussi à voir comment la naissance d’un programme de hockey à l’UQAM serait accueillie par l'Association des sports universitaires de l’Ontario (OUA). Aucune réponse n’a encore été donnée là-dessus. Comme il n’existe que trois programmes québécois, McGill, Concordia et l’UQTR jouent dans le circuit ontarien.

La ligue ontarienne est présentement composée de deux divisions de 10 équipes. L’arrivée de l’UQAM créerait un déséquilibre. Il est toutefois difficile de croire qu’une refonte (la création de trois divisions de sept clubs) serait irréalisable.

Un autre scénario qui circule évoque la possibilité de voir les deux universités de la région d’Ottawa se joindre aux quatre institutions québécoises pour former une ligue à six équipes.

En même temps, le projet des Citadins de l’UQAM en est à l’étape de l’acceptation finale auprès de la haute-direction de l’institution. « Les débats se font maintenant sur un autre étage », dit de façon imagée Daniel Méthot.

Le temps commence à manquer, souligne-t-il. Mais une réponse favorable d’ici la mi-juin rendrait possible la création d’une équipe dès 2019. Elle permettrait notamment d’embaucher un entraîneur-chef qui pourrait consacrer la prochaine année au recrutement de l’équipe (adjoints et athlètes) de l’an un.

***

Le coordonnateur des sports de l’UQAM souligne que ce projet est une réponse directe à l’extraordinaire popularité que connaît le hockey scolaire au Québec.

En 2010, quand une poignée d’homme de hockey et quelques écoles secondaires bien intentionnées se sont regroupées pour fonder la Ligue de hockey préparatoire scolaire, ce circuit ne comptait que 8 ou 10 équipes.

Cette saison, huit ans plus tard, la LHPS était composée de quelque 105 équipes! En y ajoutant les formations du RSEQ et de la Ligue de hockey interscolaire du Québec (LHIQ), on arrive à un total de 213 formations. Cet irrésistible mouvement, qui ne cesse de croître, est désormais soutenu par Hockey Québec.

À peu près au même moment, au tournant de 2010, on a aussi assisté à la naissance d’un circuit collégial de division 1 regroupant une douzaine de cégeps.

« Nous ne pouvons jouer à l’autruche et ignorer l’émergence du hockey scolaire au sein du hockey québécois. Nous voulons nous inscrire dans cette tendance. Nous levons la main et nous répondons : présents », explique Daniel Méthot.

Sur la scène universitaire québécoise, l’UQAM est déjà présente en volleyball (féminin), en soccer (féminin et masculin), en basketball (masculin et féminin) ainsi qu’en cheerleading, en badminton et en athlétisme/cross-country. En matière de budget et de ressources, le hockey deviendrait son plus imposant programme sportif.

Si son projet d’équipe masculine voit le jour, l’UQAM entend d’ailleurs travailler en partenariat avec des programmes collégiaux performants de la région métropolitaine, comme ceux d’André-Laurendeau et de Lionel-Groulx. Au fil des ans, les responsables du programme de hockey d’André-Laurendeau ont tissé un intéressant réseau de contacts aux États-Unis et ils ont ainsi favorisé le passage de plusieurs hockeyeurs québécois vers la NCAA.

L’UQAM souhaite aussi que son équipe de hockey serve de laboratoire à ses départements scientifiques (kinésiologie, science du sport, psychologie, etc.).

Dénicher un aréna convenable au centre-ville n’était pas chose facile. Après recherches, l’UQAM a arrêté son choix sur le petit aréna Michel-Normandin, situé à quelques pas du complexe sportif Claude-Robillard.

« C’est à quelques stations de métro de l’université et ça nous permettra aussi de profiter des facilités d’entraînement du centre Claude-Robillard », explique Daniel Méthot.

***

Il sera donc très intéressant de suivre le cheminement de ce projet à l’UQAM. Parce que si les Citadins finissaient par voir le jour, ça risquerait de faire boule de neige et de transformer de façon draconienne la structure du hockey québécois. Ce déclencheur pourrait favoriser l’éclosion d’autres programmes qui existent déjà sur papier dans d’autres universités québécoises.

« Si nous parvenons à créer cette équipe de hockey, je suis convaincu que d’autres universités pourraient le faire aussi. Mes confrères des autres programmes de hockey universitaires québécois nous ont tendu la main et offert de l’aide pour nous aider à monter notre projet. Nous ferions certainement la même chose avec ceux qui seraient tentés d’emboîter le pas », affirme Daniel Méthot.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine