Retour

La Caisse de dépôt pourrait perdre 100 M$ dans un investissement pétrolier

Un fonds américain de 2 milliards de dollars, dans lequel la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a investi plus de 100 millions, ne vaut plus rien, selon le Wall Street Journal.

Le fonds est géré par la société EnerVest, qui est spécialisée dans les investissements pétroliers. L'entreprise a commencé à y investir de l'argent en 2013, alors que le prix du baril de pétrole valait deux fois plus que son prix actuel de 45 $.

Pour accroître son pouvoir d'achat, le fonds a également emprunté 1,3 milliard de dollars, ce qui lui a sérieusement nui lors de la chute du prix du pétrole qui s'est amorcée en 2014.

Cette chute des prix a réduit le fonds presque à néant, selon le Wall Street Journal, et ses investisseurs, des caisses de retraite et des fondations à but non lucratif, par exemple, n’auraient plus que quelques cents pour chaque dollar investi initialement.

Dans son rapport annuel 2016, au tableau « Investissements en actions, en obligations et en créances d'entreprises de sociétés fermées », la Caisse de dépôt et placement du Québec a inscrit des investissements de plus de 100 millions de dollars dans EnerVest.

Le conseiller principal en communications avec les médias et relations publiques de la CDPQ, Jean-Benoît Houde, a indiqué que l'institution ne ferait aucun commentaire sur cet investissement et ce qu'il en adviendra.

Aucun des investisseurs du fonds n'a d'ailleurs commenté la nouvelle. Certains d'entre eux pourraient avoir déjà vendu leurs participations dans le fonds, qui pourrait donc avoir essuyé des pertes supplémentaires.

Dans un courriel transmis au Wall Street Journal, le cofondateur et directeur général d'EnerVest, John Walker a pour sa part indiqué « ne pas être fier du résultat ».

Les prêteurs, dirigés par Wells Fargo & Co, seraient par ailleurs en négociation pour prendre le contrôle des avoirs du fonds afin d'éponger sa dette.

Une première pour les fonds pétroliers

Ce type de fonds est généralement assez fiable. Les fonds d'EnerVest ont historiquement produit des rendements de plus de 30 %, ce qui permettait à la société de collecter des fonds de plus en plus importants.

L’échec d’EnerVest constitue ainsi une première pour un tel fonds de plus de 1 milliard de dollars, selon des consultants de l'industrie et des investisseurs. Il démontre également comment la chute du prix du pétrole continue d'affecter financièrement ceux qui ont fait des investissements pétroliers.

Différents organismes comme la Fondation David Suzuki et Recycle ta caisse, demandent à la Caisse, et ce, depuis plusieurs années, d'amorcer un mouvement de désinvestissement dans les énergies fossiles.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine