Retour

La canicule pourrait avoir fait 19 morts au Québec

Depuis le début de l'épisode actuel de canicule, les effets de la chaleur pourraient avoir entraîné la mort d'au moins 19 personnes au Québec, soit 12 à Montréal, 1 à Laval, 5 en Estrie et 1 en Mauricie et Centre-du-Québec, indiquent les autorités de santé publique.

À Montréal, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal confirme la mort de 12 personnes en raison de la canicule; 6 décès liés à la chaleur ont été rapportés mercredi et 6 autres mardi.

Les 12 personnes mortes à Montréal vivaient en majorité seules en appartement, dans des maisons de chambres ou dans des résidences privées pour personnes âgées. Les autres résidents de ces immeubles ont été rencontrés par les autorités qui se sont assurées qu'ils sont en sécurité.

Les six décès signalés mardi sont survenus dans les quartiers de Parc-Extension, Villeray et Hochelaga, où les îlots de chaleur sont nombreux, a indiqué la Dre Drouin, directrice régionale de santé publique de Montréal, à Radio-Canada. Au moment de l'entrevue, elle ne connaissait pas encore le lieu de résidence des six nouvelles victimes.

Chaque décès a fait l'objet d'une enquête, indique la Dre Mylène Drouin. « Ce sont des personnes qui correspondent exactement au profil des groupes vulnérables. Ce sont beaucoup de gens atteints de maladies chroniques, avec des problèmes de santé mentale ou de toxicomanie. Ce sont des gens – la grande majorité – qui habitent seuls et qui vivent sans air climatisé », a précisé la Dre Drouin.

À Montréal, près de 20 000 logements situés dans des îlots de chaleur sont jugés comme étant risqués pour la santé par le Service de sécurité incendie de Montréal (SIM). Mardi, des pompiers et des policiers ont frappé aux portes de 15 000 unités, selon Louise Desrosiers, chef de la section de la prévention au SIM. Quelque 200 policiers et 80 pompiers poursuivent les activités de porte-à-porte mercredi.

Du côté de l'Estrie, cinq décès font l'objet d'une enquête pour déterminer s'ils sont liés à la chaleur extrême. Il s'agit d'adultes qui souffraient de maladies chroniques, indique la Dre Mélissa Généreux, directrice régionale de santé publique de l'Estrie.

Les autorités de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont indiqué mercredi après-midi que la mort d'une personne, survenue dans les dernières 24 heures, pourrait être liée à la vague de chaleur.

Urgences-santé débordée

Depuis le début de la canicule il y a quatre jours, Urgences-santé reçoit quotidiennement plus de 1200 appels, soit 30 % de plus que lors d'une journée chargée. L'organisation publique dit être débordée et demande la collaboration de la population.

Son président-directeur général, Nicolas D'Ulisse, affirme que la corporation a atteint la limite des capacités de ses services, même si les centres de coordination d'événements restent mobilisés 24 heures sur 24.

Urgences-santé a augmenté le nombre de paramédicaux sur la route et a accru les heures supplémentaires de travail, tant pour les paramédicaux que pour les cadres.

Cependant, des retards dans les interventions ont été constatés parmi les demandes non urgentes reçues à la centrale téléphonique 911.

Privilégier le 811

L’organisation, qui emploie près de 1400 personnes, demande à la population de prendre des mesures pour faire baisser la pression sur son personnel. Elle recommande aux citoyens de composer le 811 en cas de problèmes de santé mineurs, lorsque la vie n'est pas en danger, afin de laisser libres les lignes du 911 pour les urgences vitales.

Les gens sont également invités à contacter leurs amis et leur famille qui pourraient être dans le besoin ou à demander de l'aide à leurs proches s'ils en ressentent la nécessité.

Urgences-santé signale aussi que la grande majorité des malaises liés à la chaleur peuvent être évités facilement. Les gens incommodés peuvent aller dans les endroits climatisés, éviter tout effort physique soutenu et respecter les consignes des différents avis publics.

En 2010, une vague de chaleur extrême avait entraîné la mort de 106 personnes dans la grande région métropolitaine.

Pour éviter une telle situation, la Ville de Montréal distribue des dizaines de milliers de litres d'eau aux organismes venant en aide aux gens en difficultés, notamment ceux vivant dans la rue.

Les camps de jour s'adaptent

Du côté des camps de jour, des mesures spécifiques ont également été prises pour protéger les plus jeunes.

« La plupart des camps ont adapté leurs activités pour limiter les activités au grand soleil entre 10 h et 15 h », a souligné Chloé Melançon-Beauséjour, porte-parole de l’Association des camps du Québec.

Ainsi, les activités les plus sportives sont organisées « en début ou en fin de journée » ou sont carrément supprimées « s’il fait beaucoup trop chaud ou que les enfants ne sont pas bien ».

Il est par ailleurs recommandé aux parents de ne pas oublier d'apporter des bouteilles d’eau, de la crème solaire et un chapeau pour leurs enfants.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les 10 meilleures destinations vacances lorsqu'on est végane





Rabais de la semaine