Retour

La Chambre de commerce des États-Unis défend l’ALENA

Modifier l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) plutôt que l'abroger, telle est la voie privilégiée par le président de la Chambre de commerce des États-Unis, Tom Donahue, qui prononçait une conférence à Ottawa lundi.

Tom Donahue estime que l’abrogation de l’ALENA aurait des effets dévastateurs sur les économies de ses pays membres, les États-Unis, le Canada et le Mexique.

Au-delà de tous les débats, des querelles et des titres de presse aguicheurs, je crois que nos dirigeants de tous bords comprennent cela.

Tom Donahue, président de la Chambre de commerce des États-Unis

Une plus grande mobilité de la main-d’œuvre

Au cours de sa conférence, le président de la Chambre de commerce des États-Unis a exprimé le souhait qu’une nouvelle entente permette une plus grande mobilité de la main-d’œuvre qualifiée.

Rappelant que le Canada et le Mexique sont les deux principaux marchés d'exportation pour les États-Unis, M. Donahue a jugé essentiel que les États-Unis préservent le caractère unique de l'ALENA plutôt que de négocier des accords bilatéraux avec ses deux partenaires.

Le président américain Donald Trump qualifie l'ALENA de catastrophe pour les travailleurs américains. Il compte renégocier l'accord et se dit prêt à en sortir s'il n'obtient pas les modifications qu'il réclame.

Plus d'articles