Retour

La chasse à l'homme se poursuit après l'attentat de Barcelone

Selon les autorités espagnoles, la cellule terroriste qui a préparé et exécuté les attentats commis jeudi en Catalogne, dont celui de Barcelone, prévoyait d'autres attaques.

En point de presse dimanche, le chef de la police catalane, Josep Lluis Trapero a indiqué que le groupe comptait perpétrer « une ou plusieurs attaques avec des explosifs à Barcelone ».Il a affirmé que 12 personnes faisaient partie de cette cellule terroriste. Selon le commandant Trapero, ils ont tous « des antécédents qui les relient au terrorisme, y compris l'imam ».L'officier a ajouté que les autorités ignoraient pour l'instant les raisons pour lesquelles un groupe de jeunes hommes de la ville de Ripoli, au nord-est de l'Espagne, aient pu se radicaliser. Les familles des suspects disent qu'elles ne savaient vraiment pas qu'ils étaient impliqués.

Les enquêteurs ont aussi tourné leur attention sur un imam qui pourrait être la personne retrouvée morte dans les décombres de la maison d'Alcanar. Selon la police, Abdelbaki Es Satty serait parvenu à radicaliser le groupe de jeunes.Le groupe a loué trois camionnettes et a aussi utilisé une automobile et une motocyclette.Le commandant Trapero a aussi indiqué que des traces de TATP, un explosif déjà utilisé par le Daech (groupe armé État islamique), avaient été détectées dans la maison détruite par une explosion, à Alcanar. Les policiers y ont aussi découvert plus de 120 bonbonnes de métal, ce qui donne à croire aux autorités que cette demeure « était l'endroit où étaient préparés les explosifs ».La police tente toujours de mettre la main au collet du conducteur présumé du véhicule qui a fauché des dizaines de piétons sur La Rambla. Les autorités sont à la recherche de Younes Abouyaaquoub, un Marocain de 22 ans, qui est soupçonné d'avoir tué 14 personnes et fait 120 blessés.M. Trapero a dit que l'incapacité d'identifier positivement les restes humains retrouvés dans la maison détruite d'Alcanar complique la tâche de ceux qui recherchent le fugitif.

La mort d'un enfant de 7 ans confirméeLes autorités espagnoles ont révélé qu'un garçon de 7 ans figurait parmi les morts de l'attentat de Barcelone.Un porte-parole des services d'urgence de la Catalogne, Nacho Solano, a indiqué que l'enfant en question, Julian Cadman, avait été porté disparu à la suite de l'attaque.Le garçon avait la double citoyenneté australo-britannique.L'Australie, le Royaume-Uni et les Philippines avaient annoncé vendredi que ce garçon était le fils d'une femme qui avait été blessée sérieusement au cours de l'attentat.Deux autres personnes mortes – l'une italienne et l'autre belge – ont aussi été identifiées, mais M. Solano n'a pu dévoiler leur nom.

Deuil national

Par ailleurs, des centaines de personnes se sont rassemblées dimanche matin à la Sagrada Familia pour assister à une messe solennelle en hommage aux victimes.

Le roi Felipe, la reine Letizia et le premier ministre espagnol Mariano Rajoy étaient notamment présents.

Une minute de silence sera également consacrée samedi soir aux victimes de l'attentat lors du premier match de la saison du FC Barcelone au stade de soccer Camp Nou, qui se déroulera sous haute sécurité.

Le gouvernement espagnol maintient le niveau d'alerte terroriste à 4 dans le pays, sur une échelle de 5. Le niveau 5 est établi lorsqu’un attentat est imminent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine