Retour

La cible de 40 000 réfugiés divise les Canadiens

Les Canadiens sont divisés en deux camps sur la question des réfugiés, selon un sondage Angus Reid. Près de la moitié des Canadiens (47 %) estime que le Canada accueillera un nombre adéquat de réfugiés cette année, alors que 41 % d'entre eux croient que la cible de 40 000 réfugiés est trop élevée.

Une faible proportion de la population (11 %) estime quant à elle que la cible établie par le gouvernement du Parti libéral du Canada (PLC) pour 2017 est trop modeste et que le pays devrait en accueillir davantage.

Un Canadien sur quatre se dit également en faveur d’une politique telle que celle préconisée par Donald Trump interdisant l'accès au territoire américain aux ressortissants de certains pays à majorité musulmane. Un décret du président américain allant en ce sens a été récemment suspendu par les tribunaux.

Une majorité de Canadiens (57 %) s’est toutefois dite satisfaite de la direction prise par le gouvernement de ne pas suivre le président américain dans cette voie.

« Nous avons tendance, lorsque nous regardons les nombres, à regarder la vision de la majorité, mais le fait qu’un Canadien sur quatre estime que nous devrions envisager l’élaboration de notre propre politique d’interdiction de séjour est significatif : c'est un avertissement en matière de politique sur les réfugiés », explique la directrice générale de la firme Angus Reid, Shachi Kurl.

Perception de l’intégration

En ce qui concerne l’installation des réfugiés, une majorité de 61 % des Canadiens estime que le gouvernement a déployé les efforts appropriés contre 39 %, qui ont une opinion inverse.

La directrice générale de la firme de sondage a également souligné que la population était divisée en deux groupes importants sur les efforts déployés par les nouveaux arrivants pour s’intégrer à leur nouvelle société.

Une majorité de Canadiens (54 %) estime que les réfugiés ne font pas suffisamment d’efforts pour s’intégrer à leur société d’accueil, alors que 46 % croient qu’ils fournissent un effort suffisant.

Un dépouillement des données démontre que les 18-24 ans sont 62 % à croire que les réfugiés font l’effort qu’il faut pour s’intégrer contre 47 %, pour les 25-34 ans. L'opinion est divisée chez les 35 à 44 ans : 54 % d'entre eux estiment l'effort suffisant, tandis que seulement 25 % des plus de 45 ans ont la même opinion.

Un accueil mitigé

L’accueil des réfugiés ne va pas de soi non plus pour les Canadiens, puisque 38 % des répondants estiment que les gens de leur quartier seraient réfractaires à voir s'y installer une famille de réfugiés.

Bien que minoritaires, ces derniers « sont loin de représenter une quantité négligeable », indique Mme Kurl. « Il y a une portion importante de ces opposants à l’entrée de réfugiés qui démontrent un malaise et de l’anxiété en ce qui concerne la cible de 40 000, et il y a un plus petit groupe, mais non négligeable, qui remet en question le simple fait d’accueillir des réfugiés. »

Plus d'articles

Vidéo du jour


Les plus beaux hôtels écologiques du monde