Retour

La cloche de « Batoche » se volatilise de nouveau

La célèbre cloche de « Batoche » a une nouvelle fois disparu : elle s'est mystérieusement volatilisée de la voûte du Centre du patrimoine de la Société historique de Saint-Boniface, à Winnipeg.

Les origines de la cloche ne sont pas claires aux yeux de tous. Les Métis du Manitoba et de la Saskatchewan soutiennent que la cloche provient de Batoche, en Saskatchewan, tandis que le conseil de bande de Frog Lake, une communauté située à 90 km à l'est d'Edmonton, affirme qu'il s'agit de celle qui a disparu de leur église en 1885.

Au cours des deux dernières années, le Diocèse de Prince Albert, en Saskatchewan, a confié la garde de l'artéfact à l'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba (UNMSJM) en attendant qu'une décision soit prise vis-à-vis de l'endroit ou devrait se trouver la cloche.

Le directeur général du Centre du patrimoine à la Société historique de Saint-Boniface Gilles Lesage confirme que le Centre a accepté d'entreposer la cloche à la demande de l'UNMSJM.

« C'était tout simplement que nous avions un espace disponible et puis que c'était un endroit où c'est quand même assez sûr, explique le directeur général. La cloche était entreposée ici entre les expositions qu'en faisait l'UNMSJM dans les villages. »

M. Lesage rapporte qu'il a vu la cloche pour la dernière fois il y a plus d'un an : « C'était [une visite] avec des membres de l'UNMSJM et des personnes de [la Première Nation] Frog Lake qui sont venues la voir, qui ont passé un peu de temps à l'examiner de près. »

Un jour après cette dernière visite, deux hommes sont venus prendre la cloche disant qu'ils la rapportaient à Frog Lake, affirme le directeur du Centre du patrimoine. « Nous ne savions pas où elle allait, mais à l'époque, il semblait que le Diocèse de Prince Albert était parvenu à un accord sur l'appartenance de la cloche. »

Ce n'est qu'à l'arrivée la semaine dernière d'une lettre d'un avocat représentant la Nation Frog Lake qui demandait où se trouvait la cloche que Gilles Lesage a compris que quelque chose ne tournait pas rond. « Les gens veulent savoir où est la cloche, mais nous n'avons aucune façon de savoir où elle est », avoue M. Lesage.

Les cloches de Batoche et de Frog Lake sont deux des 20 cloches commandées en 1879 par Mgr Vital Grandin pour ses missions dans l'Ouest canadien. Les 20 cloches peuvent être identifiées par le nom de l'évêque de Saint-Albert, qui se trouve sur la cloche, avec ses armoiries.

Selon la croyance populaire, au terme des combats qui se soldent par la défaite des Métis de Louis Riel, trois soldats canadiens ont volé la cloche de l'église de Batoche et l'ont rapportée en Ontario, où elle fut exposée jusqu'en 1991, date à laquelle elle a été dérobée par le Métis manitobain Billyjo Delaronde. 

M. Delaronde a gardé la cloche pendant 22 ans, jusqu'à ce que celle-ci soit dévoilée lors d'une cérémonie religieuse à Batoche en 2013.

En 2014, toutefois, un documentaire de CBC a semé l'émoi parmi les Métis de l'Ouest en présentant des preuves montrant que la cloche de Batoche est en fait celle de Frog Lake. D'après le documentaire, la vraie cloche de Batoche a été donnée à l'église de Saint-Laurent de Grandin, en Saskatchewan, et a été détruite lors d'un incendie en 1990.

L'historienne Juliette Champagne, qui a aidé à établir la relation entre la cloche volée par Billyjo Delaronde et celle qui a  disparu de Frog Lake en 1885 est scandalisée par la disparition de l'artefact. « Des gens de la communauté métisse ont refusé de croire aux faits historiques. La cloche ne se trouve certainement pas à Frog Lake, rétorque-t-elle. Ce ne sont pas des gens de Frog Lake qui ont fait ça. Je crois qu'elle se trouve quelque part dans la communauté métisse. »

Billyjo Delaronde a répondu à une demande de réaction de Radio-Canada en affirmant qu'il n'est pas impliqué dans cette nouvelle disparition. Il croit tout de même que l'objet appartient aux Métis de Batoche.

L'Union nationale métisse Saint-Joseph du Manitoba n'a pas répondu aux appels de Radio-Canada pour obtenir un commentaire.

Derek Quinney, un conseiller de la bande de la Première Nation de Frog Lake, se dit déçu par ce dernier développement. « Toutes les preuves historiques et les recherches effectuées par des historiens indiquent que cette cloche-là appartient à Frog Lake », souligne-t-il. 

Le conseiller souhaite que la cloche se trouve un jour dans sa communauté.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards