Retour

La commissaire à l'éthique enquête sur les frais d'hébergement remboursés à Pierre Paradis

Radio-Canada a appris que l'enquête que mène la commissaire à l'éthique Ariane Mignolet sur le député libéral de Brome-Missisquoi et ancien ministre Pierre Paradis, d'abord révélée par le Journal de Québec, porte sur le remboursement de ses frais d'hébergement à Québec.

Un député dont la résidence principale se situe à l'extérieur du territoire de la ville de Québec ou de circonscriptions voisines à celui-ci a droit au remboursement de ses frais de logement quand il siège à l'Assemblée nationale. Il est établi que pour la période comprise entre le 1er avril 2017 et le 31 mars 2018, ces frais sont remboursés jusqu'à concurrence de 15 500 $.

Le service téléphonique, l'entretien ménager, le stationnement, l’électricité, la câblodistribution et l’abonnement mensuel à Internet font partie des coûts inclus dans le remboursement auquel a droit le député.

Pierre Paradis n’a pas siégé à l’Assemblée nationale depuis plus d’un an. Il est aux prises avec des maux de tête depuis la commotion cérébrale qu’il a subie après un accident d’équitation.

Il avait été relevé de ses fonctions de ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation et exclu du caucus libéral en janvier 2017 parce qu'il faisait l'objet d'une enquête policière au sujet d'allégations selon lesquelles il avait eu un « geste déplacé » de nature sexuelle auprès d'une ex-employée.

Aucune accusation n’a été retenue contre le député par le directeur des poursuites criminelles et pénales.

Plus d'articles