Retour

La commissaire à l'éthique ouvre une enquête concernant le ministre Barrette

La commissaire à l'éthique et à la déontologie a ouvert une enquête concernant le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, en raison d'un possible conflit d'intérêts dans lequel se serait retrouvé le ministre dans le dossier du regroupement des services pédiatriques à l'hôpital Pierre-Boucher, sur la Rive-Sud de Montréal.

Cette enquête a été ouverte à la demande de la députée péquiste de Taillon, Diane Lamarre. L'hôpital Pierre-Boucher se trouve dans sa circonscription.

Le ministre Barrette aurait « [mis] en attente, jusqu'après les élections générales [d'octobre], un projet de pédiatrie à l'Hôpital Pierre-Boucher parce qu'il se trouvait dans une circonscription électorale représentée par une élue d'une autre formation politique », argumente la députée dans sa lettre à la commissaire à l'éthique, Ariane Mignolet.

Mme Mignolet affirme qu’elle ne fera aucun commentaire sur l’affaire jusqu’à ce qu’elle dépose son rapport à l’Assemblée nationale et qu’il soit rendu public.

Cette enquête est annoncée au lendemain de reportages de l’émission Enquête où l'on révélait notamment l'information mise de l'avant par la députée péquiste. Diane Lamarre est une farouche opposante de M. Barrette à l'Assemblée nationale.

Selon Enquête, le ministre est également allé à l'encontre des recommandations de ses experts dans plusieurs autres situations, entraînant des dépenses et des problèmes qui auraient pu être évités.

Le premier ministre Philippe Couillard a nié ces allégations de conflits d'intérêts et affirme que « Gaétan Barrette fait un travail remarquable » pour les patients du Québec.

La CAQ désirait aussi une enquête

En réaction aux reportages diffusés jeudi soir, le député François Paradis, de la Coalition avenir Québec (CAQ), a réclamé lui aussi vendredi matin une série d'enquêtes sur les décisions attribuées à Gaétan Barrette, dont une justement à la commissaire à l'éthique pour faire la lumière sur le retard à l’hôpital Pierre-Boucher et déterminer s'il est attribuable à de l'ingérence politique.

M. Paradis demandait également que l'on confie une enquête au vérificateur général du Québec pour expliquer le retard sur cette question, ainsi que sur l'octroi d'un permis de radiologie à Saint-Jérôme.

Il réclamait de plus l'intervention du commissaire au lobbyisme sur ce dernier dossier, dans le cadre duquel le ministre aurait, contre l'avis de ses experts, octroyé un permis au Dr Jean-François Guitté avant de devoir faire volte-face. François Paradis soutient qu'un certain Éric Rousseau, bien connu du ministre, a manoeuvré en coulisses pour favoriser le projet abandonné.

François Paradis a dit ne pas être surpris des allégations d'ingérence et de favoritisme portées contre le ministre Barrette, à qui il attribue un « comportement autocratique », et qu'il accuse de souffrir du « complexe de dieu », soit un sentiment d'infaillibilité.

À l'époque où il était directeur général adjoint de la Société des radiologistes de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Éric Rousseau a travaillé aux côtés de Gaétan Barrette et de sa conjointe, alors que ceux-ci exerçaient également comme radiologues dans cet hôpital.

M. Rousseau est ensuite devenu directeur général du groupe RadiologiX sur recommandation de M. Barrette.

Congédié en février 2015 par le groupe RadiologiX, M. Rousseau aurait, dès le lendemain de sa mise à pied, commencé à travailler avec le Dr Guitté sur le projet de clinique à Saint-Jérôme, une collaboration pour laquelle il a été payé.

Fin 2016, un comité consultatif étudie les candidatures pour le projet de clinique de radiologie. Rapidement, rapporte Enquête, il apparaît que le projet du Dr Guitté, qui affirme jouir de l’appui de ses collègues, ne semble pas viable.

Après avoir étudié les deux demandes, dans une décision unanime, le comité consultatif recommande de donner le permis au Groupe RadiologiX, qui possède déjà une douzaine de laboratoires d'Imagerie médicale dans la province.

En mai 2017, le ministre a pourtant octroyé le permis au projet du Dr Guitté; il s'agirait de la première fois, au cours des 15 ans d'existence du comité consultatif, qu'un ministre de la Santé ignore l'avis unanime des experts.

Barrette et Rousseau nient

Questionnés dans le cadre du reportage de l'équipe de l'émission Enquête, autant le ministre de la Santé qu'Éric Rousseau ont nié avoir profité de leurs relations pour s'adonner au népotisme pour l'un, et exiger des faveurs personnelles pour l'autre.

« Tout a été fait dans les règles de l'art », a affirmé le ministre.

Jeudi, en réaction au reportage d'Enquête sur le projet de pédiatrie, M. Barrette rejetait les allégations : « J’ai des milliards de dollars de projets sur mon bureau. La grande difficulté pour n’importe quel ministre de la Santé, c’est l’ordonnancement, le choix […] Avez-vous entendu parler d’un problème de desserte de service en pédiatrie sur la Rive-Sud? Il s’agit d’un excellent projet, mais j’ai des choix à faire, qui ne sont pas toujours simples. J’ai annoncé récemment un centre mère-enfant à Saint-Jean-sur-Richelieu, en Montérégie. Aux dernières nouvelles, c’est un comté péquiste. »

Avec les informations de Madeleine Roy

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards