Retour

La construction du CHUM passe aux mains de Pomerleau

EXCLUSIF — L'entreprise québécoise Pomerleau s'apprête à remplacer l'espagnole Obrascon Huarte Lain (OHL) pour l'exécution des travaux de la dernière phase du Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM).

Un texte d’Anne Panasuk, de l'émission Enquête

Pomerleau négocie actuellement une entente qui lui permettrait de réaliser les travaux de démolition de l’Hôpital Saint-Luc, dont les patients viennent d’être transférés dans le nouveau bâtiment, et la construction sur cet emplacement d’un nouvel immeuble qui abritera une portion du centre ambulatoire, des bureaux clinico-administratifs et un amphithéâtre.

Les travaux devaient débuter un mois après le déménagement des patients, le temps de faire en sorte que le bâtiment soit complètement vidé. Mais Pomerleau indique qu’il y a bien des démarches qui prendront des semaines.

Le gouvernement a autorisé un budget de 3,075 milliards de dollars pour les phases 2 et 3 qui comprennent la construction du nouvel hôpital et du centre clinico-administratif. À lui seul, ce dernier représenterait une dépense de 500 millions de dollars.

OHL en difficulté

La firme OHL éprouve des difficultés financières depuis quelque temps. L’entreprise fait face à des échéances de remboursement à court terme d’environ 500 millions d’euros.

De plus, elle négocie la vente de l’entreprise à un groupe chinois, rapporte le journal espagnol El Confidencial.

À cause des 11 mois de retard dans la livraison du principal bâtiment du CHUM, le consortium s’est vu privé d’au moins 110 millions de dollars, puisque le gouvernement ne lui a pas versé de loyer pendant cette période.

En juin dernier, le gouvernement a commencé à lui payer un loyer, qui s’élevait ce mois-là à plus de 13 millions de dollars.

Des sources laissent aussi entendre que l’entreprise n’était pas à l’aise au Québec, les normes de construction et les habitudes de travail différant de celles de l’Europe.

La langue de travail aussi constituait un problème; les communications se sont faites essentiellement en anglais.

Des allégations de fraude et de financement illégal d’un parti politique espagnol ternissent la réputation d'OHL, rapporte la presse écrite. Au Mexique, un organisme réglementaire lui a imposé une amende de 41 millions de dollars américains pour des manquements dans ses informations financières, sans qu’il y ait eu fraude, selon l’agence de presse Reuters.

Hypothèques légales

Indication probable de problèmes de liquidités : un grand nombre d’hypothèques légales ont été déposées par des entrepreneurs d’ici contre le Collectif Santé Montréal, le groupe qui gère le projet de partenariat public-privé.

Nous en avons compté une soixantaine totalisant près de 250 millions de dollars en réclamations, ce qui, d’après l’économiste Jean-Pierre Aubry, est faramineux.

Certaines hypothèques ont été réglées sans que nous puissions connaître les montants versés, puisque les ententes sont confidentielles. Certains sous-traitants nous ont toutefois affirmé n’avoir reçu que 40 % de la somme due.

Pomerleau de retour

C’est un retour en piste ironique pour Pomerleau qui avait soumissionné en 2011 en vue de construire le CHUM.

Le consortium dont l'entreprise faisait alors partie, Accès Santé Montréal, avait été disqualifié, car sa proposition dépassait la somme prévue par le gouvernement.

Restait seul en lice le Collectif Santé Montréal, consortium dont OHL fait partie.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine