Retour

La Cour fédérale approuve le recours collectif pour les victimes de harcèlement sexuel de la GRC

Des employées de la GRC victimes de harcèlement sexuel viennent de franchir un obstacle en vue d'une indemnisation grâce à une décision rendue par une juge de la Cour fédérale. Cette dernière a confirmé que deux poursuites intentées contre la Gendarmerie royale du Canada (GRC) pouvaient devenir un recours collectif.

En approuvant ce recours collectif, la juge Ann Marie McDonald affirme que les femmes ont démontré des motifs raisonnables pour aller de l’avant avec leur poursuite.

La juge a également approuvé la définition des membres admissibles au recours collectif : essentiellement, toutes les femmes qui ont travaillé ou qui travaillent pour la GRC, et ce, depuis 1974.

Dans sa décision, la juge Ann Marie McDonald soutient qu’un recours collectif est préférable à une série de poursuites qui forcerait chaque victime à déposer des accusations.

« Selon les informations que la GRC a fournies, il pourrait y avoir 20 000 femmes qui pourraient prétendre à rejoindre ce recours collectif », avance la juge dans sa décision rendue par écrit. « Des poursuites individuelles seraient inefficaces et peu économiques », conclut-elle.

Plus de détails à venir

Plus d'articles

Commentaires