Retour

La Cour suprême entendra la cause de Dennis Oland même s'il a déjà été libéré

Le Néo-Brunswickois Dennis Oland va se rendre à la Cour suprême du Canada, à Ottawa, la semaine prochaine, pour assister à son appel pour sa libération sous caution, affirme l'avocat de sa famille.

Dennis Oland, 48 ans, a été libéré mardi. La veille, la Cour d'appel du Nouveau-Brunswick avait ordonné qu'il subisse un nouveau procès.

Il avait été condamné pour le meurtre non prémédité de son père, l'homme d'affaires Richard Oland. Il purgeait depuis décembre 2015 une peine de prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle avant au moins 10 ans.

Après sa condamnation, Dennis Oland a demandé deux fois d'être libéré sous caution en attendant sa comparution à la Cour d'appel du Nouveau-Brunswick. Puisqu'il a essuyé deux refus, il a porté sa demande à la Cour suprême du Canada. Le plus haut tribunal du pays va entendre la cause le 31 octobre, comme prévu, même s'il est déjà libre, affirme l'avocat de la défense, Alan Gold.

Quatre intervenants présenteront leurs arguments

La Cour suprême a accordé le statut d'intervenants aux procureurs généraux de l'Alberta, de la Colombie-Britannique et de l'Ontario, ainsi qu'à l'association des avocats criminalistes de l'Ontario.

Chacun d'eux disposera de 10 minutes au maximum pour présenter ses arguments de vive voix, en plus des documents déjà soumis à la cour.

Dix sièges sont prévus pour les proches de Dennis Oland.

Plus d'articles