Retour

La Couronne s'attaque à la crédibilité de Mike Duffy

Un homme dont les propos sont exagérés et mensongers. Voilà comment la Couronne a dépeint le sénateur Mike Duffy, au premier jour des plaidoiries finales dans le cadre de son procès pour fraude, abus de confiance et corruption.

Un texte de Raphaël Bouvier-Auclair

Le procureur de la Couronne Mark Holmes est revenu sur le témoignage livré par le sénateur Duffy à la fin de l'année dernière pour s'attaquer à sa crédibilité.

Le procureur a par exemple souligné qu'il n'avait pas hésité à participer à des événements partisans pour appuyer des candidats conservateurs et vanter leurs mérites, sans pour autant vraiment les connaître.

Me Holmes a aussi fait remarquer que le sénateur avait affirmé à plusieurs reprises que s'il se rendait à de tels événements, c'était à leur demande. Or, plusieurs témoins ont affirmé en cour que l'idée venait souvent de Mike Duffy lui-même.

La Couronne accuse Mike Duffy d'avoir réclamé des dizaines de milliers de dollars de remboursements au Sénat pour certains déplacements au pays, qui auraient été effectués à des fins personnelles ou partisanes.

Le sénateur affirme s'être déplacé dans le cadre de ses fonctions.

Le sénateur est également accusé d'avoir réclamé des dizaines de milliers de dollars d'allocation de logement en déclarant habiter à l'Île-du-Prince-Édouard, alors que sa résidence principale est dans la région d'Ottawa.

Pendant son témoignage, le sénateur avait entre autres justifié ces dépenses par le manque de clarté des règles du Sénat.

Accepter le chèque et protéger ses intérêts

Mike Duffy fait face à trois chefs d'accusation de corruption en lien avec le chèque de 90 000 $ remis par l'ancien chef de cabinet de Stephen Harper pour rembourser ses dépenses.

La Couronne juge que, dans cette opération, M. Duffy avait en tête de « protéger ses intérêts » liés à sa situation financière et à son éligibilité à pouvoir continuer à siéger à la Chambre haute.

La Couronne a noté que Mike Duffy avait décidé de son propre chef de contracter une hypothèque sur sa résidence pour un montant d'environ 90 000 $. Selon la Couronne, il s'agissait d'une « façade pour faire croire qu'il allait payer lui-même ».

Pendant son témoignage en décembre, M. Duffy avait affirmé s'être fait imposer ce scénario de remboursement. Le procureur de la Couronne Jason Neubauer a réfuté cette thèse, en ajoutant que « peu importe le niveau d'approbation que M. Duffy pensait avoir, il s'agit d'un crime ».

L'avocat de la défense irrité

En fin de journée lundi, l'avocat de Mike Duffy, Donald Bayne, a fait part de sa frustration au juge quant aux documents fournis par la Couronne. Il a affirmé n'avoir reçu les arguments que la fin de semaine dernière, alors que les procureurs ont eu environ deux mois pour les rédiger.

Me Bayne plaidera tout de même mardi qu'il n'est pas possible de prouver hors de tout doute raisonnable que son client est coupable.

Mike Duffy a plaidé non coupable à 31 chefs d'accusation de fraude, abus de confiance et corruption.

Plus d'articles