Retour

La crise du logement à Vancouver, « c'est l'apartheid », dit un ex-membre de l'ONU

Miloon Kothari avait été envoyé au Canada par l'ONU en 2007 pour analyser l'état du logement. Il avait visité Vancouver et son Downtown Eastside. Il avait alors qualifié de crise la situation dans la métropole britanno-colombienne. Dix ans plus tard, il pousse plus loin et parle de véritable apartheid, de ségrégation quant à l'habitation.

« Le Canada doit prendre des mesures urgentes pour assurer un logement adéquat à tous », a affirmé l'ancien rapporteur spécial des Nations Unies sur le logement convenable, dans un message livré en plein coeur du quartier Downtown Eastside.

Miloon Kothari déplore que la situation a empiré et qu'il y a eu une augmentation de 30 % du nombre d'itinérants à Vancouver au cours des trois dernières années.

En 2007, il avait recommandé au gouvernement canadien d'implanter une stratégie nationale sur le logement, en mettant l'accent sur le logement social et le logement abordable.

Ottawa a mené des consultations publiques sur la question à travers le pays l'an dernier et s'est engagé à publier sa stratégie nationale plus tard cette année.

Toutefois, pour les sans-abri, la solution ne peut pas venir assez tôt. « Il aurait fallu s'en occuper hier », s'insurge Keya Archambolt, une sans-abri.

Les Nations Unies ont déclaré le droit au logement comme un droit de la personne. Un message que la Ville de Vancouver « n'a toujours pas entendu », selon M. Kothari

L'ex-envoyé spécial de l'ONU, maintenant activiste humanitaire, rencontrera des élus municipaux lors de son séjour. Il a une question simple pour eux : « comment est-il possible que 10 ans plus tard, les choses soient encore telles qu'elles le sont ici? »

D'après des informations de Pierre-Luc Gagnon

Plus d'articles

Commentaires