Retour

La défense a présenté ses arguments finaux au procès de la GRC

Les avocats de la défense ont présenté leurs plaidoiries finales mardi matin, au procès de la GRC relativement à la fusillade survenue à Moncton en juin 2014. Les avocats de la Couronne feront de même en après-midi.

Les avocats de la défense ont tenté de prouver que la GRC n’était pas coupable des accusations qui pèsent contre elle en vertu du Code canadien du travail****.

La défense à rappeler que la GRC est une agence gouvernementale et non une entreprise privée. Elle a ainsi tenté de démontrer que la force policière n’a pas essayé d’économiser au détriment de la sécurité de ses agents et des citoyens.

Les avocats ont également demandé au juge ne de pas sous-estimer la lourdeur bureaucratique auquel doit se soumettre une organisation comme la GRC. Cela compte lorsque vient le temps de faire des changements majeurs comme l’implantation de carabines.

Ils ont aussi rappelé les standards de l’industrie. Ils ont expliqué que très peu de corps policiers sont équipés de carabines et qu’il est encore plus long de faire ce genre de changements au sein de la GRC, le plus important corps policier au pays.

Enfin, les avocats ont rappelé le risque peu élevé d’incidents du genre au Nouveau-Brunswick et l’importance de l’image de la GRC pour les Canadiens.

Un procès très suivi

Depuis la fin d'avril, pas moins de 30 témoins se sont succédé à la barre et le procès a connu son lot de rebondissements.

La GRC subit un procès pour quatre accusations non criminelles portées contre elle en vertu du Code canadien du travail. Elles ont trait à l’équipement, à la formation et à la supervision. Les accusations ne visent aucun gestionnaire ni superviseur du corps policier.

Justin Bourque était équipé d'une carabine semi-automatique et d'un fusil de chasse, alors que les premiers policiers sur le terrain avaient seulement des pistolets 25 millimètres, qui ont une portée, une puissance et une précision inférieures.

Trois policiers de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) sont morts et deux autres ont été blessés le soir du 4 juin 2014, après avoir répondu aux appels à propos d'un jeune homme fortement armé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine