Retour

La défense du matricule 728 a coûté 170 000 $ à la Ville

La défense de l'ancienne policière du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) Stéfanie Trudeau, mieux connue par son surnom de « matricule 728 », a coûté plus de 170 000 $ à la Ville de Montréal.

L'avocat de Mme Trudeau, Me Jean-Pierre Rancourt, a soumis ses factures à la Fraternité des policiers et policières de Montréal, qui les a refilées à la Ville. L'administration du maire Denis Coderre a confirmé le montant de 170 141,41 $ déboursé par la Ville.

En vertu de la convention collective des policiers de la Ville de Montréal - les articles 26 et suivants -, la Ville est tenue de rembourser toute dépense raisonnablement engagée dans la défense d'un policier poursuivi pour des événements survenus alors qu'il était en service. Les dépenses peuvent être encourues pour des poursuites tant devant une instance criminelle que civile ou déontologique.

Stéfanie Trudeau avait été accusée dans la foulée d'une arrestation mouvementée survenue dans la soirée du 2 octobre 2012, dans un immeuble de logements de l'avenue Papineau.

Elle avait interpellé un homme qui consommait de l'alcool sur la voie publique, ce qui avait incité un ami de ce dernier, Serge Lavoie, à intervenir. Stéfanie Trudeau avait ensuite poursuivi M. Lavoie dans l'immeuble et lui avait enserré le cou.

La scène avait d'ailleurs été filmée et diffusée par Radio-Canada, ce qui avait incité le SPVM à retirer Stéfanie Trudeau des opérations.

Assermentée comme policière en 1994, Stéfanie Trudeau a servi au sein du SPVM dans les postes des quartiers centre-ville, Côte-des-Neiges, Centre-Sud et Plateau-Mont-Royal.

Elle a déjà annoncé son intention de quitter la police dans le cadre de la tournée de promotion d'un livre, où elle assure qu'elle ne regrette rien de ses agissements.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine