Retour

La délinquance existe aussi chez les cyclistes

Incivilité, vitesse excessive, non-respect de nombreux règlements. Certains cyclistes se considèrent-ils comme les maîtres de la ville?

Un texte de Michel Labrecque à Désautels le dimanche

On va tout de suite faire une mise au point : je ne veux en rien diminuer les dangers que causent les camions ou les voitures pour les vélos en ville. Au moment où j'écris ces lignes, on commémore le décès de Justine Charland Saint-Amour, happée par un camion à quelques rues de chez moi en début de semaine. Je suis moi-même un cycliste urbain, et il pourrait m'arriver la même chose.

Parler de la responsabilité des cyclistes au moment où la ville connaît des mutations importantes en matière de transport est un sujet délicat.

« Extrêmement tabou », dit Fabien Deglise, chroniqueur au Devoir, cycliste, et qui a écrit récemment un excellent article sur la nouvelle mythologie du cyclisme. « On s'expose à de multiples commentaires qui vont nous accuser de mépriser des citoyens qui pédalent pour le bien commun. »

Fabien Deglise signe et persiste : « L'incivilité s'est multipliée sur les pistes cyclables de Montréal. » Les cyclistes aussi se sont multipliés. « Donc, ça reste le fait d'une minorité », ajoute-t-il. Mais il y a chez les « délinquants » un côté parfois idéologique, estime-t-il. 

Il suffit de passer une journée sur des pistes cyclables pour constater des comportements douteux.

« Le vélo, c'est un moyen de déplacement avant tout. Il y a des arrêts et des embouteillages », dit Lyne Marier, utilisatrice régulière du vélo urbain.

« Il y a aussi le cycliste VIP, qui pense qu'il a le droit d'être en avant, et qui dépasse 15 vélos arrêtés à un feu de circulation. Un autre exemple de manque de civisme », observe Suzanne Lareau, directrice générale de Vélo Québec.

Elle passe ses journées à défendre les droits des cyclistes, ce qui ne l'empêche pas de dénoncer les incivilités qu'elle voit au quotidien sur les pistes cyclables. Suzanne Lareau ajoute ¸tout de même un bémol : « Je suis excédée de rencontrer des cowboys à vélo, mais je suis surtout apeurée de croiser des cowboys automobilistes. ».

La faute de l'autre?

On trouve aussi à Montréal des policiers à vélo, qui tentent de dompter ces cowboys. Le policier Éric Labad patrouille sur le Plateau Mont-Royal : « On voit de tout, des vélos qui roulent en sens inverse, qui ne font aucun arrêt. »

Les policiers ne recourent pas systématiquement à la contravention. « Il y a aussi beaucoup d'éducation », précise l'inspecteur André Durocher, qui croit que tout le monde doit faire son examen de conscience : cyclistes, automobilistes et piétons.

En fait, les incivilités des cyclistes et celles des automobilistes s'inscrivent dans la redéfinition du partage de la route. Montréal change, tout comme Toronto, Ottawa ou Vancouver. Le règne absolu de l'auto est terminé. Le vélo, les transports en commun et les piétons prennent de plus en plus de place.

Mais la transformation n'est pas achevée :

  • Le Code de la route n'est toujours pas adapté à la nouvelle réalité. La réforme a été annoncée, mais n'est toujours pas faite, après trois ministres québécois;
  • Le réseau cyclable est incomplet;
  • Et exclus depuis longtemps du système, certains cyclistes n'ont pas compris qu'eux aussi avaient des responsabilités.

Suzanne Lareau et Fabien Deglise sont d'accord sur un point : la cohabitation autos-vélos-piétons est bien meilleure qu'elle ne l'était il y a quelques années, malgré tout.

Et vous? Qu'en pensez-vous? Certains cyclistes se considèrent-ils comme les maîtres de la ville? Faites-nous part de vos commentaires ci-dessous.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Cet amateur de hockey gagne 1000$ s'il réussit à marquer





Rabais de la semaine