Retour

La demande de gel de l’indemnité versée à Omar Khadr est rejetée

La Cour supérieure de l'Ontario rejette la demande de la veuve d'un soldat américain tué en Afghanistan en 2002 ainsi que d'un autre soldat blessé durant la même opération, qui voulaient geler les avoirs d'Omar Khadr. À Ottawa, Justin Trudeau a une fois de plus défendu l'entente prise par son gouvernement avec Omar Khadr.

Les requérants, qui avaient déjà obtenu un jugement d'un tribunal américain prévoyant un dédommagement de 134 millions de dollars, réclamaient le gel des actifs de l'ex-prisonnier de la prison de Guantanamo Bay.

Omar Khadr a obtenu une indemnité du gouvernement canadien de plus de 10 millions de dollars, selon des informations qui ont beaucoup circulé, mais qui n'ont jamais été confirmées officiellement.

« Il n'y a pas une loi pour Omar Khadr et une autre pour le reste des Canadiens », a notamment souligné le magistrat Edward Belobaba en rendant sa décision. Il a rappelé que geler les avoirs d'une personne est une mesure peu fréquente, voire une solution de dernier recours.

Pour accepter cette requête, a-t-il ajouté, il lui aurait fallu des preuves solides et crédibles qu'Omar Khadr a l'intention de mettre la somme versée par Ottawa à l'abri ou encore qu'il veut fuir le pays avec cet argent.

À sa sortie du tribunal, l'avocat de l'ex-enfant-soldat a déclaré qu'Omar Khadr a les mêmes droits que tous les Canadiens et que ce dernier refuse de volontairement geler ses avoirs.

Le document déposé par la veuve du sergent Chris Speer, Tabitha, et d'un autre ancien soldat américain, Layne Morris, alléguait que si les avoirs d'Omar Khadr n'étaient pas gelés, ils ne seraient plus disponibles si le jugement rendu aux États-Unis finissait par être reconnu au Canada.

La poursuite déposée aux États-Unis se base sur les aveux de M. Khadr devant une commission militaire de Guantanamo en 2010, selon lesquels il aurait lancé la grenade qui a tué le sergent Speer en Afghanistan en 2002. Omar Khadr s'est rétracté par la suite. Selon ses avocats, ces aveux de culpabilité ont été faits sous la contrainte.

Le dossier est cependant encore loin d'être clos. Omar Khadr devrait d'ailleurs être de retour en cour dès l'automne.

Justin Trudeau défend la décision de son gouvernement

Questionné par les journalistes sur la grogne que provoque chez certains Canadiens le versement de ces millions de dollars à Omar Khadr, le premier ministre Trudeau a expliqué qu’il en aurait coûté bien plus cher aux contribuables si le gouvernement avait contesté devant la demande de règlement d’Omar Khadr.

« Je partage les préoccupations des Canadiens par rapport à l'argent, mais c'est pour ça qu'on a réglé. C'était clair que si on poursuivait, non seulement on allait perdre, mais ça allait coûter au Canada, selon certains, 30 à 40 millions de dollars », a expliqué Justin Trudeau.

Ce règlement, critiqué par les conservateurs, est loin de faire l'unanimité dans la population.

Selon un récent sondage de la firme Angus Reid, plus de 70 % des Canadiens estiment que le gouvernement a pris la mauvaise décision.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Toute la vérité sur le Lion





Rabais de la semaine