Retour

La directrice générale de l'IRAI serait Geneviève Baril

C'est une femme dans la trentaine qui devrait être nommée directrice générale de l'Institut de recherche sur l'autodétermination des peuples et les indépendances nationales.

Un texte de Davide Gentile

Geneviève Baril, cofondatrice de l'Institut du Nouveau Monde et directrice générale adjointe par intérim à l'INM, devrait être confirmée dans ces fonctions d'ici quelques semaines. Lundi, des sources indiquaient à Radio-Canada que la nomination ne pouvait être officialisée puisque l'IRAI n'a pas encore de statut juridique reconnu.

Elle aurait été choisie par un petit groupe de gens, dont le chasseur de têtes qui avait obtenu le mandat de choisir un ou une DG. La nomination du reste du conseil d'administration, présidé par l'ex-député Daniel Turp, de même que l'obtention des lettres patentes de l'IRAI devraient permettre de faire une annonce en bonne et due forme au sujet de Geneviève Baril.

Mère de jeunes enfants, Geneviève Baril a été présidente de la fédération étudiante collégiale du Québec en 1999-2000. Elle a ensuite été vice-présidente du Conseil permanent de la jeunesse et oeuvre depuis 2005 à l'Institut du Nouveau Monde.

Peu connue du grand public, elle est très estimée de ceux qui l'ont côtoyée et qui ont partagé leurs impressions avec Radio-Canada.

« C'est une grande intellectuelle », affirmait un collègue mardi. « C'est quelqu'un qui a la capacité de rallier les gens », dit une autre source qui l'a côtoyée.

Le fait qu'elle n'ait jamais été candidate pour un parti politique est aussi, semble-t-il, un avantage. Surtout que l'IRAI veut s'afficher comme étant neutre et détaché du Parti québécois même si Pierre Karl Péladeau a initié sa création.

Mercredi le chef péquiste répétait qu'il souhaite que l'IRAI puisse avoir un statut d'organisation non politique. Il souhaite toujours effectuer un don qui respectera les lois en fonction du statut précis de l'IRAI.

L'institut devrait commencer ses travaux de recherche au printemps et publier ses premières études à l'automne.

Plus d'articles