Retour

La faible maîtrise du français freine l'ascension sociale des immigrants 

Le principal facteur qui empêche les immigrants d'accéder à des postes de cadres est leur faible maîtrise de la langue française, selon une étude de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. 

Un texte de René Saint-Louis

L'étude est en fait un vaste sondage mené auprès de 700 employeurs privés du Grand Montréal. Elle identifie les obstacles à l'ascension sociale des immigrants vers des postes de direction où ils sont sous-représentés. 

Ceux-ci forment 27 % de la population du Grand Montréal, mais uniquement 18 % de la main-d'oeuvre active et seulement 14 % des cadres.

Selon l'étude, c'est leur maîtrise limitée du français qui constitue le principal frein à leur embauche à des postes de cadres, loin devant la maîtrise de l'anglais des affaires et les barrières culturelles.

Ces barrières culturelles relèvent du style de gestion comme les relations à l'autorité et les façons de communiquer en lieu de travail.

Les résultats de l'étude semblent étonner le président de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Michel Leblanc. Il estime qu'on entend davantage parler d'entreprises qui exigeraient la connaissance de l'anglais au Québec ou à Montréal.

Une embellie en vue pour les immigrants

L'étude s'intitule Les immigrants : en bonne position pour accéder à des postes stratégiques. Elle révèle que 84 % des entreprises sondées voient d'un bon oeil l'embauche d'immigrants à des postes stratégiques. À peine 9 % d'entre elles y sont peu favorables et aucune ne s'est montrée totalement fermée.

À l'heure actuelle, le taux de chômage, particulièrement chez les immigrants récents, demeure plus élevé que celui de la population née au Canada.

La Chambre de commerce estime que cet écart est appelé à rétrécir considérablement au cours des trois prochaines années en raison des nombreux départs à la retraite prévus.

Les candidats issus de l'immigration seront alors en bonne position pour accéder à des postes de direction, si les recommandations de l'étude sont mises de l'avant. 

Recommandations pour les entreprises :

  1. Bien outiller les travailleurs immigrants afin qu'ils acquièrent les aptitudes nécessaires pour occuper des fonctions de cadres.
  2. Se doter d'une politique de diversité pour faciliter l'intégration des travailleurs immigrants à l'entreprise et leur ascension à des postes de cadres.

Recommandations pour les immigrants :

  1. Ne pas hésiter à demander une rétroaction à son gestionnaire ou à une personne-ressource pour identifier les éléments à améliorer afin d'accéder à un poste de cadre.
  2. Élargir leur réseau professionnel pour faciliter leur recherche d'emploi et se familiariser avec la culture d'affaires locale.

L'un des cadres de l'entreprise L'Oréal Canada participait au dévoilement de l'étude. Originaire de Taïwan, Quoc Chay est arrivé au Québec il y a quatre ans.

L'étude a été dévoilée lors de l'ouverture du 5e Salon de l'immigration et de l'intégration du Québec qui se tient les 25 et 26 mai au Palais des congrès de Montréal.

Plus d'articles

Commentaires