Le rhinocéros blanc du Nord, une sous-espèce dont il ne reste que deux femelles sur la planète, pourrait être sauvé de l'extinction par la fécondation in vitro (FIV), grâce aux travaux d'une équipe internationale de scientifiques.

Ces chercheurs ont réussi à créer des embryons hybrides en laboratoire à partir du sperme de mâles aujourd’hui disparus.

Ces embryons ont été développés à partir d'ovules d'une autre sous-espèce étroitement apparentée.

Selon l’équipe menée par le Pr Thomas Hildebrandt de l’Institut Leibniz en Allemagne, un bébé rhinocéros blanc du Nord pourrait voir le jour d’ici trois ans.

Les deux dernières représentantes de l’espèce sont une mère et sa fille. Ces bêtes vivent actuellement sous haute protection dans la réserve d'Ol Pejeta, au Kenya.

Le dernier mâle est mort à l'âge de 45 ans en mars dernier. Des échantillons de son sperme avaient été recueillis.

Au total, environ 300 millilitres de sperme ont été recueillis auprès des quatre derniers rhinocéros. C’est une quantité suffisante pour tenter la FIV, mais insuffisante pour l'insémination.

Un espoir in vitro

Les chercheurs ont utilisé une partie de ce sperme pour féconder des ovules in vitro à partir d’embryons de rhinocéros blanc du Sud. Ils espèrent utiliser la même technique avec les deux femelles restantes de la sous-espèce.

Extraire un ovocyte d'un rhinocéros femelle de deux tonnes n’est pas une mince affaire.

« Nous avons eu recours à une échographie pour placer l’aiguille dans la zone de l'ovaire qui libère les ovules », explique M. Hildebrandt

L’opération s’est déroulée alors que la femelle rhinocéros blanc du Sud était sous anesthésie générale, mais le processus est toujours très risqué. C’est que très près des ovaires se trouve une artère importante, qui, si elle était perforée, provoquerait probablement la mort de l’animal.

Mais une fois que les ovules viables ont été préservés en toute sécurité, l'équipe a ensuite eu le défi de les féconder avec du sperme de rhinocéros blancs mâles du Nord.

Les chercheurs ont injecté chaque ovule avec du sperme et utilisaient ensuite des impulsions d’électriques pour stimuler la fusion de l'ovule et des spermatozoïdes.

Le résultat a été concluant. Des embryons hybrides contenant le matériel génétique d'une sous-espèce déjà fonctionnellement éteinte ont été obtenus.

Ils ont été congelés dans l’attente de trouver des femelles rhinocéros blancs du Sud pour poursuivre l’expérience et les porter à terme.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Communications.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque