Retour

La Floride retient son souffle à l'approche d'Irma

EN DIRECT - L'ouragan Irma baisse en intensité, mais devrait se renforcer au cours des prochaines heures, alors qu'il amorce sa route dévastatrice vers la Floride.

Après avoir frappé Cuba, Irma doit remonter vers la côte sud-est des États-Unis, frappant d'abord la Floride dans la nuit de samedi à dimanche, puis la Georgie et la Caroline du Sud.

Le gouverneur de la Floride, Rick Scott, a pressé toute la population qui se trouve dans les zones d'évacuation au sud-ouest de l'État de quitter les lieux avant midi samedi. Plus de 6,3 millions de personnes sont visées par cet ordre d'évacuation. Des milliers de résidents ont pris la route vers le nord, alors que d'autres ont décidé de rester chez eux et d'affronter Irma.

Rick Scott a rappelé aux résidents que la tempête se déplacerait plus vite qu'eux et que les vents sont sur le point de frapper.

Selon le gouverneur, 25 000 personnes sont déjà privées d'électricité. Il a également estimé que les marées de tempête vont faire grimper le niveau d'eau de deux à quatre mètres, ce qui pourrait inonder de nombreuses habitations.

Le Centre national américain des ouragans (NHC) a indiqué qu'à 17h, samedi, Irma se trouve à 190 kilomètres de Key West avec des vents de 205 km/h. Il se déplace à environ 15 km/h vers l'ouest/nord-ouest.

Le NHC avait déjà confirmé plus tôt aujourd'hui qu'il devient de plus en plus certain que l'oeil de l'ouragan va balayer les Keys, le sud-ouest de la Floride et la région de Tampa dimanche matin, mais que tout l'État va subir les effets de la tempête.

Sa trajectoire semble donc avoir dévié, puisqu'on l'attendait plutôt sur la côte est, près de Miami. La ville ne devrait pas se retrouver dans le coeur de l'ouragan, mais va tout de même subir des conditions très dangereuses et menaçantes pour la survie des habitants sur place, a estimé le météorologiste Dennis Feltgen.

L'ouest de la Floride dans la mire de l'ouragan

L'envoyé spécial de Radio-Canada Christian Latreille, qui se trouve à Tampa Bay, dans l'ouest de la Floride, note que le flot de circulation automobile s'est inversé, à l'image de la trajectoire de l'ouragan.

Ainsi, alors qu'Irma doit désormais frapper l'ouest du « Sunshine State », les automobilistes font maintenant route vers l'est.

À Tampa Bay, des gens d'un peu partout sont venus trouver un refuge. Plusieurs se sont installés à l'hôtel, dans l'attente de l'ouragan qui doit passer non loin de la ville au plus tôt dimanche soir, sinon lundi matin.

Pénuries d'essence, de nourriture... les gens fuyant l'arrivée de la catastrophe semblent avoir tout emporté sur leur passage.

« Les gens que nous avons rencontrés [à Tampa Bay] sont un peu pris de panique, tentent de trouver refuge. [...] Jour après jour, le gouverneur de l'État, Rick Scott, répète: "Quittez, parce qu'Irma s'en vient." »

« Pire qu'Andrew »

L'envoyée spéciale de Radio-Canada Catherine Gauthier, présente dans la ville d'Orlando (centre), rapporte que plusieurs personnes ayant évacué leur domicile sont venues s'inscrire dans l'un des nombreux refuges ouverts à la population, avant d'y revenir plus tard, lorsque la tempête aura atteint les côtes américaines.

« Il y a toujours [des gens] qui pensent qu'ils s'en sortiront tout seuls sans problème. Mais c'est sérieux, cette tempête sera pire qu'Andrew », lui a confié un homme venu s'installer dans un refuge.

En 1992, l'ouragan Andrew avait frappé la Floride, puis la Louisiane, provoquant des dégâts de l'ordre de plusieurs dizaines de milliards de dollars, et entraînant directement la mort d'une trentaine de personnes.

Suivez nos envoyés spéciaux en Floride, Catherine Gauthier, Christian Noël et Christian Latreille :

Pas de relâchement à Miami

Le maire de Miami-Dade, Carlos Gimenez, a appelé ses concitoyens à continuer de respecter toutes les mesures de sécurité, l'ouragan étant toujours imprévisible.

Pour venir en aide aux autorités fédérales ou locales, la marine américaine a annoncé vendredi l'envoi depuis le port de Norfolk, en Virginie, d'un porte-avions, l'USS Abraham Lincoln, de deux véhicules de débarquement amphibies et d'un destroyer.

Ces quatre navires transportent 300 hommes et 27 hélicoptères. Au besoin, ils pourront apporter une aide médicale, maritime et logistique aux villes et aux communautés touchées.

Cuba balayée par l'eau et les vents

Dans le nord de Cuba, Irma s’est déchaîné dans l'archipel de Sabana-Camagüey, avec des vents à 260 km/h, selon le Centre national américain des ouragans.

L'ouragan a provoqué des vagues géantes et des pluies diluviennes, en plus de tordre des arbres et de sectionner des lignes électriques.

Les provinces de Camagüey et Ciego de Avila, dans le centre du pays, ont été durement frappées, mais « du fait de sa grande taille, les effets d'Irma sont ressentis depuis la province de Las Tunas jusqu'à celle de Villa Clara » distantes de près de 400 km, a indiqué le météorologue cubain Elier Pila sur l'antenne de la télévision d'État.

Avant même l'arrivée d'Irma, des précipitations torrentielles s'étaient déjà abattues sur Cuba, où plus d'un million de personnes, dont plus de 10 000 touristes étrangers, avaient été évacuées par mesure de précaution.

Les autorités ont déjà confirmé des dommages considérables, sans toutefois pouvoir en mesurer l'ampleur exacte, la communication ayant été coupée dans de nombreuses localités.

Une Cubaine décrivait, samedi matin, un paysage d'arbres et de poteaux électriques arrachés, et de nombreux toits de tôle envolés. « Partout ici, c'est terrible », se désolait Gisela Fernandez, une infirmière de 42 ans vivant à Chaparra, un village de la province orientale de Las Tunas.

Après avoir atteint la catégorie 5, la plus élevée, dans la nuit, l'ouragan Irma a été abaissé en catégorie 3 avec des pointes de vent à 205 km/h, mais devrait « se renforcer en chemin vers le sud de la Floride » et l'archipel américain des Keys qu'il doit frapper dimanche matin, selon le Centre national américain des ouragans.

La Havane demeure en état d'alerte. Ses deux millions d'habitants devraient subir les effets de l'ouragan dans les prochaines heures, avec notamment une importante pénétration maritime prévue par les autorités.

Plus d'articles

Commentaires