Retour

La fonte du Groenland s'accélère, préviennent les scientifiques

Des scientifiques affirment que la prolifération d'une algue au Groenland et un ciel plus dégagé en été accélèrent la fonte de la calotte glaciaire. Cela élève plus rapidement le niveau des océans.

« Nous sommes très inquiets », confie le professeur Martyn Tranter de l’Université Bristol, au Royaume-Uni, qui étudie l’impact du réchauffement climatique sur la fonte des glaces.

Selon ses travaux, des températures plus élevées encouragent la prolifération d’une algue de surface, qui noircit la glace. Alors que la glace blanche réfléchit jusqu’à 90 % du rayonnement solaire, les zones de glace sous lesquelles on retrouve des algues n’en reflètent que de 1 à 35 %.

Conséquence : le couvert de glace absorbe ainsi davantage les rayons du soleil, ce qui accélère sa fonte.

« Le réchauffement accélérera tout autant la multiplication de cette algue, qui fera fondre la glace et haussera le niveau de la mer à un rythme plus élevé », prévient le professeur qui dirige le projet scientifique Black and Bloom.

À l’heure actuelle, la fonte du Groenland élève le niveau des océans d’environ 1 mm annuellement, soit le quart de l’augmentation globale.

Le Groenland possède la plus vaste calotte glaciaire de l’hémisphère nord. Elle couvre jusqu’à 1 710 000 kilomètres carrés de territoire. L’épaisseur de la glace est estimée à trois kilomètres de profondeur.

Sa disparition en entier hausserait le niveau de la mer d’environ sept mètres, ce qui mettrait en péril de nombreuses communautés côtières où habite près de la moitié de la population mondiale.

« Quand nous affirmons que la calotte glaciaire fond plus rapidement, nous ne disons pas qu’elle disparaîtra d’ici 10 ans, 100 ans voire 1000 ans, précise le microbiologiste Joe Cook de l’Université Sheffield. Mais même en fondant lentement, cela pose un risque pour toutes les régions habitées le long des côtes. »

Des centaines de millions de personnes vivent dans des zones situées sous le niveau de la mer.

De l’algue aux nuages

Le microbiologiste Joe Cook s’est pour sa part intéressé à l’impact du couvert nuageux sur la fonte de la calotte glaciaire du Groenland.

Dans une étude publiée dans la revue Science Advances, il expose les conséquences d’un ciel d’été plus dégagé pour l’île de glace.

En 20 ans, le nombre de nuages au-dessus du Groenland a diminué de 15 % pendant les mois de la saison estivale, augmentant ainsi la fonte attribuée auparavant uniquement au réchauffement climatique.

Au cours de 20 dernières années, le Groenland a en outre perdu plus de glace qu’il n’en a gagnée avec les tempêtes hivernales, qui doivent pourtant assurer la régénération de la calotte glaciaire.

Plus d'articles

Commentaires