Retour

La fracturation hydraulique pose un risque aux barrages, selon un groupe de réflexion

La fracturation hydraulique doit être interdite près des barrages de la Colombie-Britannique en raison des séismes que peut provoquer ce procédé, estime le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA).

Le groupe de réflexion précise que BC Hydro est au courant de ce risque depuis au moins 2009, d'après des documents internes de la société d'État obtenus par la Loi sur l'accès à l'information.

Le porte-parole du CCPA Ben Parfitt précise que BC Hydro et des entreprises se sont mises d'accord pour ne pas exploiter du gaz naturel près des centrales hydroélectriques. Cependant, dit-il, la province a le devoir d'imposer une réglementation plus stricte dans ce domaine afin d'éviter que ne se produise un grave accident.

Le CCPA affirme que le risque de fracturation hydraulique concerne particulièrement deux barrages sur la rivière Peace dans le nord de la province, soit les barrages W.A.C. Bennett et Peace Canyon. Le barrage du site C en construction sur cette rivière est à risque lui aussi, dit l'organisme.

La fracturation hydraulique consiste à injecter un mélange d'eau, de sable et de produits chimiques sous haute pression dans des couches rocheuses afin de libérer du gaz et du pétrole. En 2014, ce procédé controversé a déclenché un séisme de magnitude 4,4 dans le nord-est de la Colombie-Britannique.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine