Retour

La GRC forme des équipes canines pour détecter le fentanyl

La crise du fentanyl continue de faire des ravages dans l'Ouest canadien, particulièrement en Colombie-Britannique et en Alberta. Afin d'endiguer le fléau, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) forme des équipes canines spécialisées dans la détection de l'opioïde à Innisfail, au sud de Red Deer.

Le fentanyl est un opioïde « des plus dangereux » accessible sur le marché, rappelle Peter Baxter, maître-chien de la GRC. Il souligne que ce « problème relativement nouveau » est responsable de la majeure partie des surdoses survenues en Colombie-Britannique au cours des derniers mois.

« C’est une crise majeure », explique Eric Stebenne, sergent d’état major et entraîneur du centre de dressage de la GRC, rappelant de surcroît que la substance est « accessible assez facilement ».

Tandis que le phénomène se répand au Canada, la GRC a décidé de former des équipes canines pour repérer plus facilement le produit lors d'opérations policières.

Un projet pilote généralisé au pays

« On a commencé un projet pilote en Colombie-Britannique en 2016 », poursuit Eric Stebenne. Et de se féliciter : « c’est une première mondiale » assure-t-il, expliquant avoir eu des demandes de formation de la part de corps policiers aux États-Unis, au Mexique, et même en Europe.

Après une saisie de 12 000 comprimés de fentanyl sur une autoroute britanno-colombienne en septembre dernier, la GRC a décidé que ses chiens devaient être formés à l'échelle du pays. Un succès, puisque 95 % des 193 équipes canines de la GRC ont été formés à ce jour.

Les bergers allemands de la GRC peuvent en effet offrir un gain de temps considérable dans la lutte contre le fentanyl : « Un chien peut chercher des stupéfiants dans un véhicule en moins de 2 minutes », conclut Eric Stebenne, comparativement à plusieurs heures parfois pour une équipe de policiers.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine