Retour

La grève est déclenchée à l’usine de GM à Ingersoll

Les travailleurs en grève de General Motors à Ingersoll, en Ontario, ont formé un piquet, lundi, près de l'entrée de l'usine.

Les syndiqués ont débrayé dimanche à 23 h, leur syndicat n'ayant pas réussi à conclure une nouvelle entente contractuelle avec la compagnie. Le principal enjeu : la sécurité d'emploi.

Le syndicat Unifor a dénoncé la décision de GM de transférer une partie de la production au Mexique et d'éliminer plus de 600 postes, 400 travailleurs ayant déjà été mis à pied.

L’usine CAMI n'assemble plus que le VUS Chevrolet Equinox, après avoir perdu en juillet le modèle Terrain, au profit du Mexique.

Unifor a attribué cette perte d'emplois à l'ALENA et aux coûts de production moins élevés au Mexique.

Avenir en jeu

L’un des objectifs d’Unifor durant les présentes négociations était d’obtenir l’engagement de GM que l’usine d’Ingersoll, qui emploie plus de 2500 travailleurs, soit le producteur « numéro un » de l’Equinox en Amérique du Nord.

Le véhicule est aussi assemblé actuellement au Mexique et Unifor appréhende d'autres mises à pied sans une lettre de GM garantissant l'avenir de l'usine d'Ingersoll.

« Chacun de nos membres comprend l’importance de conclure une entente qui garantisse du travail, et ce que ça veut dire pour nos familles et la communauté », a expliqué le représentant syndical local Mike Van Boekel.

Les inquiétudes sont palpables parmi les grévistes.

De son côté, GM se dit déçue de ne pas avoir pu conclure une entente de principe, mais incite Unifor à revenir à la table des négociations.

Selon le constructeur, les pourparlers avaient progressé au cours des dernières semaines entre les deux parties.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine