Retour

La lanceuse d’alerte Chelsea Manning sort de prison

La soldate américaine Chelsea Manning a été relâchée de la prison militaire de Fort Leavenworth, au Kansas, après avoir purgé 7 des 35 années de sa peine pour avoir transmis des documents secrets au site WikiLeaks.

Chelsea Manning a quitté discrètement le pénitencier à l'aube mercredi, à l’abri des regards des photographes.

Une porte-parole de l’armée américaine a confirmé la libération de l’ancienne taupe de WikiLeaks, maintenant âgée de 29 ans.

En 2013, Chelsea Manning a été reconnue coupable de 20 chefs d’accusation, dont 6 d’espionnage, de vol et de fraude informatique. Elle avait toutefois été innocentée de l’accusation la plus grave qui pesait contre elle, celle d’avoir aidé l’ennemi.

L’ancienne analyste du renseignement avait admis avoir transmis en 2010 plus de 700 000 documents confidentiels concernant les guerres en Irak et en Afghanistan, ce qui avait placé l’administration américaine dans l’embarras.

En provoquant cette énorme fuite, Manning disait vouloir dévoiler les bavures de l’armée américaine.

À peine quelques jours avant de quitter la Maison-Blanche, l’ancien président Barack Obama l’avait graciée.

Si pour plusieurs Chelsea Manning est une véritable héroïne, sa libération est très mal perçue par une partie des Américains.

Le président Donald Trump l’a d’ailleurs qualifiée de « traîtresse qui n’aurait jamais dû être libérée de prison ».

Le début d’une nouvelle vie

Chelsea Manning doit maintenant rejoindre une tante qui habite dans la région de Washington afin de démarrer sa nouvelle vie en tant que femme libre.

« Quoi que me réserve l’avenir, cela est bien plus important que le passé », a-t-elle affirmé dans un communiqué, peu après sa sortie de prison.

Né Bradley Manning, le soldat américain a procédé à un changement de genre après son incarcération, pour devenir Chelsea Manning.

Au cours de ses années de réclusion, le transgenre a tenté à deux reprises de s’enlever la vie.

« Pour la première fois, je me vois un avenir en tant que Chelsea », avait elle écrit quelques jours avant sa libération. « J’arrive à m’imaginer survivre et vivre dans la peau de la personne que je suis. »

Selon son ami proche, l’avocat Chase Strangio, Manning souhaite à présent se consacrer à la défense des détenus transgenres.

Mais Chelsea Manning aura aussi son propre combat à mener, celui de la bataille juridique pour être blanchie de sa condamnation. Un processus d'appel qui pourrait durer des années.

En attendant, l’ancienne analyste du renseignement reste légalement une soldate de l’armée américaine, en congé sans solde.

Même s’il est peu probable qu’elle soit appelée à servir, ses avocats croient qu’elle s’expose de cette façon à d’éventuelles sanctions au moindre faux pas. Par exemple, la révélation de nouveaux documents ou d’écrits qui dérangeraient le Pentagone.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Découvrez ce qu’il arrive à de l’eau bouillante à -31 °C





Rabais de la semaine