Retour

La mairesse de Fort McMurray ne veut pas retourner dans la ville dès la semaine prochaine

La mairesse et une conseillère municipale de Fort McMurray disent qu'elles n'ont pas l'intention de retourner habiter dans leur communauté la semaine prochaine. Les premiers évacués pourront commencer à rentrer chez eux à compter du 1er juin, même si l'immense brasier continue de faire rage dans la région.

« Nous ne voulons vraiment pas habiter dans cette zone tant que la qualité de l'eau ne sera pas celle que nous avions quand nous sommes partis », dit la mairesse de Fort McMurray, Melissa Blake. « Mes enfants sont jeunes, je ne peux pas leur faire confiance de ne pas ouvrir les robinets et de boire un grand verre d'eau, ils sont habitués à faire ça ». Un avis de faire bouillir l'eau potable est toujours en vigueur pour la majeure partie des quartiers de Fort McMurray.

La mairesse envisage de retourner brièvement dans la ville la semaine prochaine pour évaluer l'état de sa maison et ramasser quelques objets. Elle dit qu'elle fera ensuite des aller-retour au besoin.

La conseillère municipale Colleen Tatum est aussi inquiète de l'impact du feu sur ses trois enfants. Elle est surtout préoccupée par l'eau contaminée, la fumée et les éléments toxiques qui se trouvent dans l'air. « Je ne veux pas retourner dans une communauté où il reste des foyers d'incendie », dit Colleen Tatum. « Je n'ai pas envie de me retrouver à un endroit où il y a une situation de feu actif, mais je sais que d'autres personnes sont à l'aise avec cela ».

Elle explique également sa décision par le manque d'activités récréatives et l'impact psychologique sur ses enfants d'un retour trop rapide.

« Je ne veux pas qu'ils voient les quartiers brûlés », dit-elle. « Je ne veux pas qu'ils voient de la fumée ».

Malgré tout, elle dit respecter le choix des autorités d'autoriser le retour des évacués à compter du 1er juin. « Mais pour ma famille et moi, c'est trop tôt », dit-elle.

Feu de forêt à Fort McMurray

Du camping à la maison

La résidente de Fort McMurray Cavelle Hann dit que sa fille retournera constater l'état de leur maison, mais que le reste de la famille ne retournera pas tout de suite.

« Mon petit fils a de l'asthme, je prends des médicaments, donc nous allons attendre avant de retourner à Fort McMurray », dit-elle.

La province a demandé aux évacués qui retourneront la semaine prochaine d'avoir avec eux deux semaines de nourriture et d'eau potable.

« Cela va ressembler à du camping dans la maison. Je n'ai pas envie de vivre cela », dit Cavelle Hann.

Cavelle Hann aimerait au moins être de retour d'ici septembre, quand son petit-fils retournera à l'école.

Jeffery Cromwell a hâte de pouvoir retourner dans le quartier Timberlea détruit par les flammes. Il est actuellement à la recherche d'un logement temporaire pour pouvoir rentrer au travail.

Il s'attend à beaucoup de chaos au moment du retour et il croit que l'étape sera difficile pour plusieurs. « La ville ne sera pas la même. Je ne suis pas certain que tout le monde sera prêt à voir cela ».

La mairesse Melissa Blake dit que le plan pour le retour des évacués sera évalué jusqu'au dernier moment pour s'assurer que les conditions sur place sont sécuritaires.

« Je peux vous assurer que le plan prévoit des conditions strictes pour assurer la sécurité », dit-elle.

La province a imposé cinq conditions pour que les sinistrés puissent rentrer chez eux.

La qualité de l'air est actuellement la condition la plus changeante. Les autorités ont indiqué à plusieurs reprises que les jeunes enfants, les personnes âgées et les gens souffrant de problèmes respiratoires devraient attendre que la situation se soit stabilisée avant de retourner à Fort McMurray.

« La sécurité est notre préoccupation principale », a indiqué la mairesse de Fort McMurray, Melissa Blake. « La qualité de l'air est la condition la plus importante ».

Plus d'articles

Commentaires