Retour

La maladie du tournis des truites se propage parmi les poissons en Alberta

La maladie du tournis des truites, une maladie qui n'affecte pas les humains, mais qui tue les truites, les ombles et les saumons, a été détectée dans une installation commerciale d'aquaculture et se propage parmi les poissons de l'Alberta.

Le tournis des truites est une maladie qu'il est obligatoire de déclarer au Canada, selon la Loi sur la santé des animaux. La maladie mortelle ne présente aucun risque pour la santé humaine ou la santé des autres mammifères. Elle touche surtout les bébés poissons, les alevins, avec un taux de mortalité à 90 %, mais peut aussi affecter les poissons adultes tout au long de leur vie. Elle se transmet par les vers, les équipements de pêche et par les oiseaux.

Un phénomène inquiétant 

Ce phénomène inquiète pour l'avenir de la population de truites de saumons et d'ombles en Alberta.

Jack Fraser, propriétaire d'une alevinière à Lacombe, au nord de Red Deer, est anxieux puisque ses poissons ont été déclarés positifs à la maladie.

Son installation est en quarantaine, il ne peut plus vendre de poissons ni en acheter. « Je pense que c'est la fin de mon entreprise », déplore-t-il.

Il est en attente d'une réponse de la province pour connaître les avenues possibles afin de guérir la maladie et en savoir plus sur l'avenir de son commerce.

Un remède possible?

Le gouvernement provincial a beaucoup de questions et encore très peu de réponses à ce sujet, puisque le premier cas au Canada a été répertorié à la fin du mois d'août au lac Johnson, au parc national Banff.

L'Alberta et le fédéral ont depuis conduit des tests dans des étangs et des installations privées, mais les résultats sont encore inconnus.

Travis Ripley, d'Environnement Alberta, a déclaré que la province ne sait pas quand la maladie est apparue, depuis combien de temps elle est présente dans la province, à quel point elle s'est propagée et comment l'éradiquer.

Selon l'agence canadienne d'inspection des aliments, aucun traitement n'est connu. L'Alberta cherche des réponses auprès des États-Unis, qui luttent contre le tournis des truites depuis plus longtemps.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque