Retour

La Méditerranée est le tombeau d'un nombre croissant de migrants

Les migrants qui s'entassent sur des embarcations de fortune pour traverser la mer Méditerranée dans l'espoir d'atteindre l'Europe meurent à un rythme sans précédent, affirme le Haut-Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR). Et les victimes proviennent le plus souvent de la Libye.

Selon l'agence de l'ONU, 203 981 migrants ont réussi tant bien que mal à atteindre le Vieux Continent depuis le début de l'année. Mais 2510 autres sont morts noyés, comparativement à 1855 pour la même période en 2015. Il s'agit d'une hausse de 35 %.

Pour les cinq premiers mois de 2014, ce chiffre n'était que de 57, a rappelé le porte-parole du HCR, William Spindler, lors d'un point de presse tenu mardi à Genève.

Le bilan des cinq premiers mois de l'année a fait un bond la semaine dernière, après que 880 migrants sont morts noyés, selon un bilan fondé sur les témoignages de nombreux rescapés.

Le HCR avait affirmé dimanche qu'au moins 700 personnes étaient mortes dans trois naufrages survenus la semaine dernière. Son nouveau bilan s'explique notamment par trois autres naufrages qui lui ont été rapportés depuis.

La route libyenne plus meurtrière que la turque

Les chiffres montrent par ailleurs que les migrants qui tentent d'atteindre l'Italie à partir de la Libye sont moins nombreux, mais beaucoup plus à risque de perdre la vie, que ceux qui cherchent à joindre la Grèce depuis la Turquie.

Depuis le 1er janvier, 46 714 migrants ont ainsi tenté d'atteindre l'Italie, la majorité d'entre eux à partir de la région de Sabratha, à l'ouest de Tripoli, ce qui représente 22 % des migrants arrivés en Europe.

Cependant, 2119 autres migrants sont morts, ce qui représente 84 % des victimes.

Le HCR conclut ainsi que la probabilité de mourir pour un migrant qui tente sa chance depuis la Libye est de 1 sur 23, contre 1 sur 81 pour ceux qui partent de la Turquie.

L'agence onusienne souligne que les embarcations provenant de la Libye sont souvent plus chargées et contiennent fréquemment plus de 600 personnes. Elle croit en outre que les passeurs libyens tentent de maximiser leur profit avant le début du ramadan.

Les migrants en provenance de la Libye sont des Africains originaires notamment du Nigeria, de la Gambie, de la Somalie et de l'Érythrée. Plusieurs d'entre eux transitent par le Niger.

Le HCR note que de nombreux migrants demeurent en Libye de longs mois avant de tenter leur chance, et que les femmes sont souvent victimes de violence, notamment sexuelle. Certaines d'entre elles ont raconté avoir été contraintes d'agir comme esclaves sexuelles en Libye.

Les chiffres du HCR soulignent que les trois quarts des migrants en provenance de la Turquie sont arrivés avant la fin du mois de mars, ce qui montre que l'accord Union européenne-Turquie a bel et bien contribué à freiner ces départs.

L'agence dit n'avoir aucune preuve que les Syriens, les Afghans et les Irakiens qui empruntaient le plus souvent cette route ont modifié leurs plans pour tenter leur chance à partir de la Libye.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine