Retour

La ministre St-Pierre défend son choix de chef de cabinet

La ministre des Relations internationales, Christine St-Pierre, défend avec vigueur la nomination de Philippe Cannon à titre de chef de cabinet de son ministère.

Un texte de Nicolas Vigneault

Hier, le porte-parole de l'opposition officielle en matière d'environnement, Sylvain Gaudreault, dénonçait la nomination de M. Cannon, un ex-employé de TransCanada.

Il affirmait notamment qu'il était inconcevable qu'un ex-lobbyiste du monde pétrolier soit à la tête d'un cabinet ministériel dont la nouvelle politique en matière de relations internationales prévoit la lutte aux changements climatiques.

« C'est très petit », a d'abord lancé la ministre St-Pierre.

« M. Cannon, lorsqu'il était à TransCanada, avait qualifié de très raisonnables les conditions demandées par le gouvernement du Québec et ça fait deux ans qu'il a quitté et il a déjà été mon chef de cabinet quand j'étais à la Culture », ajoute la ministre des Relations internationales.

Anticosti

Christine St-Pierre met en doute aussi la crédibilité de son adversaire politique en matière d'environnement.

« Où était-il, lui, M. Gaudreault, quand le gouvernement du Parti québécois a donné le feu vert au dossier d'Anticosti? » peste la ministre.

Mme St-Pierre explique donc son choix par le fait qu'elle a beaucoup travaillé avec lui dans le passé et que la relation entre le chef de cabinet et la ministre doit être étroite. « Et tout le monde a le droit de travailler », conclut-elle.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine