Retour

La nature des échanges sur les médias sociaux prédit la violence d’une manifestation

La rhétorique moralisatrice des échanges entre les internautes sur Twitter serait annonciatrice de l'éventuelle violence d'une manifestation, affirment des chercheurs américains.

Un texte d'Alain LabelleDans un premier temps, le chercheur Morteza Dehghani et ses collègues de l’Université de Californie du Sud ont créé, à l’aide d’un logiciel d’apprentissage profond, un outil de détection de textes reflétant les préoccupations morales autour de questions sociales.

Dans un deuxième temps, cette équipe a établi que les gens sont plus susceptibles de tolérer le recours à la violence pour défendre leurs idées s’ils pensent que les autres défendent les mêmes valeurs morales.

Ainsi, les chercheurs pensent que le discours moralisateur observé sur Twitter peut indiquer si un rassemblement public deviendra violent.

« Nous avons observé plusieurs exemples au cours des dernières années, comme les manifestations à Baltimore et à Charlottesville, où les perceptions des gens ont été influencées par l'activité dans leurs réseaux sociaux », poursuit M. Dehghani.

Un consensus plutôt limité

Dans les échanges sur Internet, les internautes communiquent souvent avec d'autres personnes qui partagent leurs idées sur des questions morales. Ils viennent à penser que leurs positions constituent un consensus.

Des tweets et des manifestations

Une technique d’apprentissage profond a permis aux chercheurs d’analyser le discours moralisateur de 18 millions de tweets postés pendant les émeutes de Baltimore, en 2015, qui sont survenues en réaction à la mort de Freddie Gray, un Afro-Américain de 25 ans qui a été victime d'une fracture des vertèbres cervicales pendant sa détention dans un poste de police.

Les chercheurs ont ensuite analysé l'association entre les tweets moralisateurs et le nombre d'arrestations par heure, qui peut indiquer l’incidence de la violence dans une manifestation.

Cette analyse a montré clairement que le nombre d'arrestations effectuées pendant les manifestations est associé au nombre de tweets moralisateurs affichés dans les heures précédentes.

En fait, les gazouillis contenant une rhétorique moralisatrice étaient pratiquement deux fois plus nombreux les jours avant les manifestations qui ont tourné à la violence entre manifestants et force de l’ordre.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Nature Human Behavior.

Plus d'articles

Vidéo du jour


10 choses à savoir sur le « Cyber Monday »