Retour

La pertinence de l'apprentissage de l'écriture manuscrite à l'ère techno

Le monde de l'éducation au Canada fait face à l'omniprésence de la technologie, ce qui remet en question la pertinence de l'apprentissage de l'écriture manuscrite script et cursive (lettres attachées) alors que les enfants forment souvent leurs premières lettres à l'aide d'un clavier. Des chercheurs soutiennent que la disparition de l'écriture à la main pourrait avoir un effet négatif sur le cerveau et les fonctions cognitives.

Un texte de Geneviève Milord

À titre d'exemple, la plus récente refonte du cursus scolaire du ministère de l'Éducation de la Colombie-Britannique prescrit toujours l'enseignement de l'écriture à la main, mais l'objectif est maintenant « de savoir écrire de façon claire et lisible plutôt que de produire un style précis comme le script ou l'écriture cursive ». Et le clavier est omniprésent à tous les niveaux d'enseignement, car c'est « un bon outil de soutien à l'apprentissage des différentes matières scolaires », explique le Ministère.

Tendance inquiétante

Les écoliers du Conseil scolaire francophone de la Colombie-Britannique (CSF) sont invités à se lancer directement dans l'écriture cursive, un souhait de la haute direction.

« Plein de choses nous montrent que l'écriture à la main et, surtout, cursive, a encore sa place dans l'éducation des enfants et aide au développement de la motricité fine », croit le directeur général du CSF, Bertrand Dupain. Il ajoute toutefois que chaque enseignant a la pleine autonomie sur son choix d'enseignement en salle de classe.

Les tablettes sont présentes depuis plusieurs années au CSF, mais la direction a observé une tendance inquiétante résultant de son utilisation. « On voit des enfants qui ont une motricité fine qui se développe beaucoup plus lentement », admet Bertrand Dupain. Le CSF a engagé des chercheurs qui mènent une étude sur l'impact de l'utilisation des tablettes dont les résultats seront dévoilés plus tard à l'automne.

D'autres tendances se dessinent ailleurs dans le monde. Des écoles américaines ont décidé en 2015 d'abolir l'apprentissage de l'écriture en lettres attachées au primaire, favorisant les lettres détachées, plus proches des lettres d'un clavier. Et, dans certaines écoles suédoises, les enfants de la maternelle apprennent à utiliser l'écran tactile avant de savoir tracer des lettres à la main.

La tablette ralentit l'écriture à la main

« En général, les enfants du préscolaire qui n'ont pas appris à écrire à la main mettent plus de temps à apprendre les lettres », soutient la chercheuse américaine Karin James, professeure au Département de psychologie et des sciences du cerveau à l'Université de l'Indiana. Avec des collègues, elle a réalisé une étude en 2012 auprès d'enfants de 4 et 5 ans qui commençaient à apprendre l'alphabet.

« Nous avons comparé l'activité cérébrale d'enfants avant et après l'apprentissage des lettres, selon trois méthodes : apprentissage visuel, tactile et manuel », explique-t-elle. « Il n'y avait aucun changement à la suite de l'apprentissage visuel, un changement minime après avoir appris à l'aide d'un clavier et un changement important à l'activité cérébrale lors de l'apprentissage de l'écriture manuscrite. »

Selon elle, des recherches ont montré au fil des ans que les enfants qui utilisent leurs mains pendant leurs apprentissages apprennent mieux et que c'est l même chose chez les adultes.

Script, cursive, ou les deux?

La tradition au Canada veut que les enfants apprennent à écrire d'abord en lettres détachées, puis passent à l'apprentissage de la cursive en deuxième ou troisième année, bien qu'il n'y ait pas de prescription précise de la part des ministères de l'Éducation. « Des traditions d'enseignement qui n'ont pas été remises en cause pendant longtemps », croit Isabelle Montésinot-Gelet, professeure au département de didactique de l'Université de Montréal et auteure d'une recherche sur l'impact de l'acquisition des habiletés graphomotrices sur l'apprentissage, publiée en 2012 dans la revue Language and Literacy.

« Nos résultats ont montré que le pire des cas de figure pour le développement des enfants, c'est le double enseignement », soutient Mme Montésinot-Gelet. « Ça les freine, on a pu le confirmer empiriquement. La condition la plus favorable à leur développement est l'adoption de l'écriture cursive. »

« Il n'est pas souhaitable de nuire à l'automatisation en enseignant successivement de manière très rapprochée aux enfants un style d'écriture et un autre, car on les freine », croit la chercheuse. « Ils ont à peine commencé à fluidifier la production de l'écriture script que, tout d'un coup, on passe à l'écriture cursive, deux schémas différents, ça ralentit l'automatisation et, du coup, ça semble être une option pas très raisonnable. »

L'apprentissage unique des lettres attachées marquerait des points en favorisant aussi la lecture, selon la chercheuse.

Réfléchir avant d'agir

Les chercheurs déplorent que les décideurs en Éducation consultent peu la recherche et recommandent aux commissions scolaires de bien faire leurs devoirs avant de prendre des décisions sur de possibles changements à l'enseignement de l'écriture. Ils sont unanimes sur le fait qu'en 2017, à l'ère du clavier et des textos, il faut maintenir l'écriture manuscrite qui a une incidence directe sur les facultés intellectuelles.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine